Terre de Touraine du 29 avril 2016

Vignobles et vergers fauchés par le gel

Tous les bourgeons n’ont pas eu la chance d’avoir une gangue de glace pour les protégés. Le vignoble tourangeau a été fortement touché par le gel cette semaine. Des dégâts sont aussi à déplorer sur les fleurs de pommiers. L’évaluation du préjudice est en cours. p 10 & 11

Grandes cultures : le risque maladies s’estompe La météorologie de ces derniers jours est défavorable aux insectes et aux maladies sauf à la rouille jaune qui se développe sur blé et triticale et à la rynchosporiose sur orge. Une protection fongicide est à prévoir sur orge et certains blés et un  apport d’azote en fin de semaine sur les blés à Dernière feuilles étalées. Des ronds de virose apparaissent liés aux pucerons de cet automne.p 12 et 13

Agneaux  Le prix fer de lance des revendications La priorité des éleveurs de la filière ovine comme pour ceux des autres secteurs agricoles, reste le prix avant tout. Qu’il passe par une contractualisation tripartite, une meilleure valorisation de la qualité, une segmentation accrue du marché ou par la relance de la consommation, il reste le fer de lance des revendications des producteurs. p 7

MSA Naturellement rurale Le réseau mutualiste créé par les agriculteurs pour assurer leur protection sociale et celle des salariés ressortissants de toutes les branches de la production agricole possède un savoir-faire et une connaissance du milieu rural unique. A l’heure de la réorganisation territoriale, la MSA ambitionne d’être la caisse d’assurance sociale de tous les professionnels du milieu rural. P 2

Primes PAC Un retard de paiement intolérable Outre la conjoncture dégradée, les agriculteurs ne supportent plus les effets d’annonce du ministère avec la lenteur et les difficultés de mise en œuvre des mesures sur le terrain. « Nous déplorons le décalage entre la communication du ministère de l’Agriculture et les dossiers qui n’avancent pas », a déclaré Xavier Beulin, lors d’une conférence de presse, le 13 avril à Paris. Certes, des engagements forts ont été pris, « mais la mise en œuvre est laborieuse, imprécise », poursuit le président de la FNSEA. Concrètement, le ressenti sur le terrain n’est pas la hauteur des effets d’annonce. Exemples, alors que les télédéclarations PAC 2016 sont ouvertes depuis quelques jours, les dossiers 2015 ne sont pas réglés. Pour certains agriculteurs dont la situation personnelle a évolué entre 2014 et 2015 (changement de statut juridique, agrandissement…), ils n’ont perçu à ce jour que 60 % des aides promises, contre 90 % pour les autres. p 5

Faune sauvage Comment agir face à la tuberculose ? Le cas de tuberculose bovine, détecté sur un sanglier du Loir-et-Cher en janvier 2015 avait déclenché une enquête épidémiologique auprès d’animaux d’élevage et sauvage, sous l’égide des services de l’Etat. A ce stade, même si certaines analyses sont encore en cours, tous les tests réalisés se sont avérés négatifs. Pour rappel, la tuberculose bovine est une maladie contagieuse liée à une bactérie (mycobactérium bovis), commune à l’homme (zoonose) et à de nombreuses espèces animales (bovins, caprins, porcs, chiens mais aussi sangliers, cerfs et blaireaux). « La découverte de ce sanglier qui avait des lésions ganglionnaires et pulmonaires bien évoluées nous pousse à la vigilance et à mobiliser le réseau de prévention existant » précise Denis DEBENEST, technicien de la Fédération des chasseurs 41. p 6

 

Drosophila suzukii Un remplaçant pour le diméthoate Le ministre de l’agriculture a autorisé deux traitements alterntifs à l’insecticide diméthoate pour « limiter les pertes de récoltes. Le cyantraniliprole et le spinetoram pourront être utilisés dès cette campagne. Aussi, des crédits de promotion seront mis à disposition afin de financer la communication sur la cerise. Des indemnisations, dont les montants ne sont pas précisés pour le moment, seront également octroyées aux producteurs afin de compenser les pertes économiques liées aux attaques de la Drosophile Suzukii en 2016.p 2

Assolement diversifié Avec le méteil on gagne sur deux fronts A l’initiative de l’association « Lait de Touraine », une vingtaine d’agriculteurs s’est réunie au GAEC de La Boulaie, à Céré la Ronde, mercredi 13 avril. Voyant le cout des concentrés azotés augmenté sans cesse dans la composition de la ration de leurs vaches laitières, les frères Perrin, installés entre Le Liège et Orbigny, ont cette année encore implanté un méteil (mélange fourrager de graminées comme le seigle ou le triticale et de légumineuses (trèfles, vesces, gesse, sainfoin) pour gagner en autonomie alimentaire. p 8

Fourrage Ensiler l’herbe toutes affaires cessantes Le période est propice à récolter la première herbe de printemps qui est au maximum de sa richesse alimentaire. Une ration de base riche, c’est autant de compléments alimentaires d’économisés p 9

Patrimoine La Touraine bâtie sur et avec le tuffeau En Touraine, le tuffeau est l’apanage des grands monuments et de la plupart des habitations anciennes. Le Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine s’emploie à promouvoir des principes de restauration du bâti respectueux de cette pierre emblématique…p  24

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*