Rabelais Explorateur du rire

La Devinière, la maison natale de Rabelais en Touraine résonne en ce moment des éclats de rires de l’humaniste tourangeau à l’occasion d’une exposition inédite.

Le rire de Rabelais est unique ! Il en est l’explorateur. Pour nous faire rire il a su inventer une formidable recette dont lui seul connaît les ingrédients. C’est une fricassée de jeux de listes, un tohu-bohu d’images et d’onomatopées, une alchimie des mots que reçoit le visiteur du manoir natal de François Rabelais à Seuilly.

P1010574P1010588P1010589
Toute son œuvre est composée de farces aux diverses couleurs : grossières, morales, érotiques, fines, obscènes… Ce rire énorme lointain est encore compréhensible aujourd’hui. Chez Rabelais règne le merveilleux grotesque. Souvent associé au vin, à l’extase, ce rire s’installe dans une atmosphère de carnaval.
Les rires de Rabelais sont multiples : rire pour le plaisir, rire pour l’amour, rire pour devenir plus sage, rire pour guérir, rire pour résister face à l’ordre établi et à toute forme d’intolérance. En écrivant ses Chroniques pour faire rire ses malades, il défend le principe de gélothérapie (la thérapie par le rire). « Rire fait du bien à tout humain, corps et esprit, voilà pourquoi il faut fuir les Agélastes qui ne savent pas rire ! »
Le XIXe siècle fait de Rabelais le chantre du rire, Balzac le pastiche, et les illustrateurs comme Gustave Doré mettent en images les prouesses de ses géants. Écrivains, musiciens, critiques, journalistes, illustrateurs, caricaturistes s’intéressent à lui. Se référer à Rabelais revient à proclamer la volonté de faire rire. Le XXe siècle poursuit cette redécouverte du rire de Rabelais avec des interprétations musicales joyeuses, comme le Pantagruel d’Alfred Jarry, le Panurge de Massenet ou encore des humoristes tels Pierre Dac, Raymond Devos ou Pierre Desproges.

Le parti d’en rire par Pierre Dac et Francis Blanche actuellement projeté  dans le cadre de l’exposition de la Devinière.

 

 

L’exposition de la Devinère s’articule autour des différentes facettes du rire rabelaisien : de son origine au XVIe siècle à ses interprétations aux XIXe et XXe siècles et enfin à son interrogation aujourd’hui.
Dans son parcours le visiteur découvre tous les aspects du rire. Tableaux, affiches grand format, planches originales de Robida, Ripart, Dubout portent le thème du rire. La plupart de ces œuvres sont présentées pour la première fois (restaurations, acquisitions). L’actualité du rire est traduite par le regard de Catherine Meurisse (illustratrice à Charlie Hebdo) qui, pour l’occasion, prête ses dessins composés autour de Gargantua.

P1010576P1010578P1010585
Le parcours comporte également des séquences vidéo de sketches de Raymond Devos, Dac-Blanche (voir la vidéo), Pierre Desproges et de chansons de Georges Brassens. Dans les caves, le son devient musique avec des extraits musicaux chargés du rire de Rabelais.
Le syndicat des vins de Chinon donnera suite à cette initiative en consacrant son second festival des Nourritures élémentaires au rire de Rabelais du 3 au 6 novembre.

Exposition le rire de Rabelais jusqu’au 14 novembre 2016 – 02.47.95.91.18.
www.musee-rabelais.fr
Horaires
1er- 30 septembre : 10 h à 12h30 – 14 h à 18 h (après le musée ferme à 17 h et le mardi toute la journée).
Tarif plein : 5,50€

Prêteurs, partenaires et soutien : Domaine de Chantilly – bibliothèque patrimoniale, Musée d’Orsay, Musée des Arts décoratifs de Paris, Musées de la Ville de Strasbourg, Association des Amis de Rabelais et de La Devinière.
Soutien de la DRAC Centre-Val-de-Loire

 

Le parcours fendard

1)        Rire ou ne pas rire, telle est la question: Rabelais participe par ses romans à cette enquête sur le rire comme étant le propre de l’homme.

2)         La gélothérapie, thérapie par le rire : Les inspirations du rire de Rabelais, le médecin écrivain plaçant le rire comme moyen d’aller mieux.

3)         Rire contre les Agélastes, Sorbonnicoles et autres Romipètes : Rabelais lance la charge dans une langue savoureuse et fait trembler par le rire sonore de ses personnages les institutions et tous les abuseurs…

4)         Le rire pour l’âme et le vin pour le corps : Rire et vin, deux remèdes indissociables contre la mélancolie. Soyons pantagruélistes, sachons « vivre en paix, joye, santé, faisans toujours grande chère. »

5)         Lardeurs et rieurs : Portraits croisés de Frère Jean et Panurge, deux acteurs comiques de la comédie humaniste.

6)         Éclats de rire,., rire aux éclats : Satire, parodie, litanies, exagérations, créations verbales sont autant de modes comiques pour Rabelais.

7)         Le rire grotesque, gaulois, rabelaisien : Rabelais devient le chantre du rire français. On redécouvre son œuvre et sa mise en images grâce aux illustrateurs. Grandes affiches et planches originales proposent de découvrir ce rire en images.

8)         Rire en résistance : D’obscénités en absurdités utiles. Rabelais, esprit libre, peut être considéré comme le père de l’impertinence à la française. Les journaux satiriques, les auteurs et humoristes de talent perpétuent l’œuvre de dénoncer les faux prophètes.

9)         le rire en musique : Les chroniques rabelaisiennes ont inspiré les compositeurs : Massenet, Terrasse, Polnareff… Comme les bouteilles, les notes se trouvent dans les caves de La Devinière. Un parcours sonore étonnant…

LES CAVES, LE VENTRE DE LA DEVINIÈRE

P1010610P1010615P1010621

Le sous-sol de La Devinière cache de vastes caves et des galeries creusées dans le tuffeau, dont la superficie s’étend sous les jardins. Tout d’abord carrières d’extraction, ces cavités souterraines ont été reconverties en ferme troglodytique. Le logis Rabelais, relié aux caves animalières par un soupirail, montre la proximité entre les hommes et les bêtes, la chaleur des animaux étant très recherchée pour le confort des occupants humains.

Les écuries souterraines se prolongent vers les caves basses où se situent caves demeurantes, four à pain, pressoirs, et caves à vin. Afin de renouer avec l’histoire viticole de la maison, et l’esprit de son illustre auteur, une vigne est plantée en 2004. Elle produit près de quatre mille bouteilles par an. Ventre de La Devinière, ces caves font honneur à Rabelais, l’écrivain du bien-vivre, l’inventeur de la Dive Bouteille. Les caves accueillent également des expositions temporaires.

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*