Terre de Touraine du 22 septembre 2017

Arboriculture Timide effet sur les cours d’un tonnage réduit Victimes du gel, les arboriculteurs espèrent une remontée des cours en début d’année prochaine. Avec la récolte en cours, les producteurs chiffrent plus finement l’ampleur des pertes. Là où le gel avait frappé fortement, il n’y a pas de miracle. Dans les vergers moins touchés, avec les bonnes conditions climatiques de l’été, les pommes sont plus grosses et le bon calibre redresse le rendement. Mais sauf exception comme de la vente locale, les fruits arborant un anneau de gel vont passer en compote comme l’atteste Sébastien Delareux arboriculteur à St Aubin-le-Dépeint. « J’ai une parcelle sinistrée sur St Paterne. Avec les anneaux de gel et les déformations, je ne vais pas faire de tri Pour limiter les frais. Tout va aller à l’industrie »  Et bien sûr les cours de la pomme compote n’ont rien à voir avec ceux de la pomme à couteau.p 3

Quinzaine bio Une transition tambour battant p 12 Installé sur une ferme de 120 ha sans élevage, un cultivateur  des Hermites a jeté toute son énergie dans sa transition bio pour tenter de vivre sur des terres compliquées. En culture classique avec les prix actuels, l’affaire serait pliée et la clef serait sous la porte mais l’option bio lui donne des raisons d’espérer à condition de contenir la vigueur des mauvaises herbes. Quand on n’utilise pas de désherbant, il faut plus de temps et de gazole. Prenant l’exemple du maïs, François Costenoble explique qu’il lui faut gratter huit fois le sol dans de bonnes conditions avant et après le semis pour permettre à la plante cultivée d’aller au bout de son cycle et de produire son grain.

Glyphosate « Interdiction = distorsion ! » p 2 Des banderoles posés par les agriculteurs commencent à fleurir sur les ronds-points. Selon le syndicalisme agricole et les chambres d’agriculture, l’interdiction d’utilisation en France de ce désherbant bon marché aurait deux conséquences : la fin de la démarche agroécologique en cours qui couvre de plantes les sols en permanence en deux cultures ; et elle créerait une distorsion de concurrence supplémentaire pour l’agriculture française qui déjà perd de nombreuses parts de marché au profit d’autres pays exportateurs comme la Russie et le Canada.

Vendanges Le pays sauvignon redoute des cours sortant des rails p 15 La récolte déficitaire de sauvignon arrive dans un contexte porteur pour ce cépage connu et vendu à l’étranger. Les cours sont hauts mais leur flambée serait préjudiciable à l’avenir estime la Confrérie des Vignerons de Oisly-Thésée. Selon Baptiste Charbonnier, le président de la cave, un stabilisation à 220€ sécuriserai les trésoreries. Bien sûr, le sauvignon sous l’étiquette sancerre se vend 800€/hl mais la Touraine se rappelle aussi qu’elle a subit un prix de 80 € en 2004. Cette année il manque 3 000 hl toutes couleurs confondues à une coopérative qui espère bien les récolter l’an prochain.

Société Contrer l’idéologie anti-viandes Pour le philosophe Francis Wolff le mot animal n’a plus le même sens aujourd’hui qu’hier en Occident. Il invite les éleveurs à porter eux-mêmes le flambeau de la bientraitance animale. p 4

Photographies Des photos pour le bien de la condition humaine Un monument de l’histoire de la photographie est au château de Tours. Willy Ronis reçoit les images, absorbe le monde pour bâtir son propre récit. p 24

Et aussi

Engrais Un épandage jusqu’à 42 mètres : c’est possible p 6 & 7

Sociétés Earl ou SCEA ? p 16

 

Avec mots-clefs , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*