Terre de Touraine du 6 octobre 2018

Budget bio : gérer une enveloppe inextensible Fin des illusions autour de la somme allouée aux aides à la transition et au maintien en agrobiologie. Elle n’augmentera pas et c’est une ligne budgétaire contrainte qui est à gérer alors que les conversions s’accélèrent. Les enveloppes disponibles sont insuffisantes. L’aide au maintien n’est plus d’actualité mais, par contre, les 20 000 € prévus pour l’aide à la conversion au titre de 2017 doivent impérativement être honorés demande l’UDSEA .p4

Dégâts de gibier Stop aux chevreuils croqueurs de pommiers Le chevreuil est délicat et sur les plantes et les arbustes, il broute les jeunes pousses. Or ces abroutis ne font pas l’affaire des arboriculteurs. Dans les vergers, la zone d’abroutissement entre le sol et un mètre de hauteur est nettement visible. Les charpentières peinent à prendre leur essor et certaines forment des chancres où s’installent les champignons du bois. Patrice Cartreau évalue la perte entre 5 et 6 kg de pommes par arbre en troisième année. « Ça représente 20% de la récolte ». Sur l’ensemble du verger de 4,5 ha, l’expert a chiffré à 7 tonnes de pommes le manque à gagner résultant de l’abroutissement de 2 000 pommiers par saison, soit l’équivalent d’un hectare et demi. Sept tonnes à 1,20€ (prix vente directe), c’est un menu à 8400 € que s’accordent les chevreuils dans le verger de la Vallée.p 6

FRSEA-JA centre : la profession a eu l’oreille de Matignon Battre un beau maïs que l’on vendra 100€ la tonne, ça plombe le moral. A ce tarif, les coûts de production sont loin d’être couverts. Chaque quintal égrainé génère une perte de revenu.  A Orléans, les syndicats agricoles ont interpellé le conseiller agricole d’Edouard Philippe sur la situation financière des agriculteurs dont certains vivent à crédit depuis cinq ans. Après 2016, 2017 a fait entrer l’agriculture régionale dans une crise structurelle profonde. « Il est vital que l’Etat n’en rajoute pas et tiennent ses engagements de ne pas aggraver la situation par une réduction des moyens de productions. p 2

Ferme Expo  Animaux de boucherie en concours Un approvisionnement local en viande bovine dans les établissements de restauration collective, oui ça fonctionne ! Dans le chinonais et le bourgueillois, des élèves de primaire et collèges ont bénéficié d’un test concluant en juin, l’opération vient d’être renouvelée début octobre. A Ferme Expo qui ouvrira le 17 novembre. Et les éleveurs mettent à l’honneur les circuits courts de viande locale. Leur action prendra la forme d’un concours d’animaux de boucherie, issus d’élevages du département. p 5

MSA Cotisations maladies : nouveau mode de calcul en 2018 Dans le projet de loi de finance 2018, le gouvernement a annoncé une modification du calcul des cotisations maladie pour les agriculteurs à compter de 2018 et la compensation de la hausse de la CSG.p 3

Salon professionnel VinoVision 2018  cible les importateurs Le salon international des vins septentrionaux VinoVision se déroulera du 12 au 14 février Paris. Pour cette 2e édition, le salon ambitionne d’augmenter son visitorat et sa part d’acheteurs étrangers.p 7

Mutualité Groupama couve les start-up La fibre mutualiste continue de vibrer chez Groupama. Fort de son ancrage territorial historique, l’assureur met son réseau au service de l’économie locale et des entrepreneurs. p 13

Pâturage Les performances du micro-parcellaire Le pâturage cellulaire offre-t-il une meilleure efficience que le pâturage tournant dynamique ? Des essais comparent les deux techniques en vue d’acquérir des références. p 8

Art populaire Fernand carrossier sculpteur Un carrossier devenu sculpteur, voilà comment on pourrait définir Fernand Martin-Dumagny. Mais il y a beaucoup plus à dire de cet enfant d’Amboise et de ses créations peu conventionnelles. p 20

Avec mots-clefs , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*