Terre de Touraine du 22 décembre 2017


Revenus agricoles : 2017 ne pansera pas 2016   La campagne 2016, catastrophique pour les agriculteurs, a été suivie par une saison 2017 meilleure en rendement mais mauvaise en prix. Les chiffres définitifs ont publiés par la direction regionale de l’agriculture et de la foret. Le revenu moyen de la ferme régionale s’effondre en 2016, plaçant le Centre-Val de Loire au dernier rang des régions françaises. Le secteur des céréales est le plus durement touché, avec 75 % des exploitations en déficit. En 2017 les rendements ont été dans la normale mais les prix sont restés dramatiquement bas. La Commission des comptes de l’agriculture de la Nation fait état de + 12% de revenu par rapport à 2016 mais un cautère sur une jambe de bois ne suffit pas à faire remarcher droit la ferme tourangelle.  p 3

Distorsions Macron ment ! Rassemblés au Louvre mardi, les agriculteurs ont rappelé à Emmanuel Macron ses promesses de campagne non tenues notamment celles de ne pas charger la barque des agriculteurs par des dispositions nationales plus contraignantes qu’ailleurs dans l’UE. Ils ont demandé aux parisiens leur soutien face aux produits venant de pays où les normes sont moins strictes. Damien Greffin, président de la FDSEA Ile-de-France redoute une renationalisation de la PAC. Face à la pyramide du Louvre il a dénoncé un  « Macron illusionniste manquant d’ambition européenne » p 2

Pour ou contre le Glyphosate Des arguments pour les fêtes Le désherbant est-il dangereux pour la santé humaine ? Que disent les scientifiques ? Peut-on faire un parallèle avec l’amiante ? qu’entend-t-on par traces ? Y a-t-il eu désinformation ? Un article complet qui permettra à chacun de se faire son idée. p 10

Interprofession Interloire : un budget 2018 sciemment en déficit L’interprofession viticole a tenu son assemblée générale lundi en votant un budget offensif pour accroître la notoriété et les ventes vers les marchés en croissance, la GB, le Benelux, les USA et l’Australie. Avec le gel Interloire ne peut en demander davantage aux vignerons et négociants, elle a donc décidé de mobiliser ses réserves pour battre le fer des exportations quand il est chaud p  9

Sylviculture Les cours du chêne au plus haut Les forestiers sont des cultivateurs de bois et de temps en temps…ils moissonnent. La dernière vente aux plus offrants confirment la tendance, ça monte, les mérandiers étaient aux achats. Dans l’orangerie du château de Cheverny, des acheteurs nombreux sont venus déposer leurs offres au pied de la tribune occupée par l’exécutif d’Unisylva la grande coopérative forestière.. A vendre 13 445 m³ très précisément répartis en 78 lots dont 70 de chêne haut de gamme destiné au tranchage pour la production de merrains et de plots. Si le prix moyen des chênes s’est établi à 246 €/m³, des records ont été établis. La meilleure vente est un lot de premier choix de la forêt d’Amboise  vendu 800 €/ m³ , une majorité de lots  ont trouvé facilement preneurs entre 330 et 400 €/m³ . Le pompon a été accroché en haut du chêne Jane. « L’empereur » bicentenaire de la forêt d’Amboise qui tout jeune poussait ses premières feuilles quand flétrissait le premier empire, connaîtra bientôt lui aussi une fin mais glorieuse celle-ci. Un scieur de Planioles dans le Lot a écrit dans son enveloppe la somme de quinze mille euros pour emporter ses magnifiques dix mètres cubes de bois. De quoi faire une belle collection de tonneaux de luxe pour des cuvées d’anthologie. A lire dans le dossier bois p 13 à 16

PAC Un mauvais coup sur les ovins La Commission européenne n’est pas d’accord avec la gestion française des aides aux brebis. Elles sont modifiées à partir de 2018.p 4

Economie Le prix du foncier déconnecté de l’économie  Pour son assemblée générale, Centre Ouest Céréales avait invité Denis Rochard. La coopérative avait demandé au Maître de conférences à la Faculté de droit et de sciences sociales de l’Université de Poitiers, d’intervenir sur l’accès au foncier agricole et ses enjeux pour les agriculteurs et les coopératives.p 12

Crise sanitaire Une alerte pour de faux à Brèches Il est parfois judicieux d’envisager le risque pour mieux l’éviter. C’est le principe qui prévaut pour les maladies animales très contagieuses, telle que la fièvre aphteuse. La DDPP 37 vient de réaliser une simulation de suspicion sur le terrain, à Brèches. p 6

Et aussi

Baux Parution des fermages viticoles p 23

Enquête lecteurs Votre avis nous intéresse p 18 et 19

 

 

Avec mots-clefs , , , , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*