Cash sidération : Les bergers aux abois montrent la réalité des attaques de loups

Ethique et pâturage: les attaques de loups se multiplient dans toute la France à la faveur de l’extension des meutes.  Certifiée dans la Nièvre sa présence est suspectée aux portes de la Touraine, dans le Loiret, l’Indre, le Loir et Cher et la Vienne. En toute logique il pourrait revenir en Touraine dès 2019 après 150 ans d’absence. 

ATTENTION CES IMAGES PEUVENT CHOQUER

Avec l’installation de loups sauvages sur un territoire, c’est toute une économie agro-pastorale qui est remise en cause par le fauve. Les éleveurs constatant l’échec des moyens de protection et désespérés de voir l’actuel ministre de l’Environnement favorable à l’extension des populations, viennent de créer le collectif L 113 pour faire connaître de tous, avec des images montrant le cruel quotidien des troupeaux et de leurs bergers. Brebis, vaches, ânes, chiens sont ainsi montrés éventrés, agonisants après avoir subi une attaque du prédateur. D’après le collectif, ces « images chocs sont toutes issues d’épisodes réels de prédations de loups sur les animaux. »L’indemnisation des éleveurs (3 000 attaques- 10 000 bêtes tuées en 2017) et le financement d’équipements de protection a coûté à notre collectivité nationale 20 M€ pa an .

Le collectif à l’origine de la vidéo baptisé L113 « éthique et pâturage », un chiffre qui fait référence au code rural, plus particulièrement l’alinéa 8 qui indique que le Gouvernement doit « assurer la pérennité des exploitations agricoles et le maintien du pastoralisme, en particulier en protégeant les troupeaux des attaques du loup et de l’ours dans les territoires exposés à ce risque. » S’inspirant des vidéos de l’association L214, le collectif accuse le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, d’être « complice de maltraitance animale. » Pour L113, le ministre « participe aux massacre des animaux d’élevage », « pousse les éleveurs à la désespérance » et « signe la disparition du pastoralisme et de la biodiversité. » Le collectif souhaite ainsi que le prochain Plan loup soit un plan « pour un pastoralisme vivant. »

Loup : les syndicats espèrent un geste fort du gouvernement 

La conseillère du président de la république en charge des questions agriculture, pêche, forêt et développement a rencontré la FNSEA, JA, FNO, APCA, ANEM et USAPR sur la question du loup. Ils ont pu faire part de la souffrance des éleveurs victimes de la prédation. Ils ont transmis leurs inquiétudes quant à la l’économie et la sécurité de leurs territoires qui sont compromises par la présence du loup et des conflits qui en découlent.  Ils ont rappelé l’objectif de zéro attaque sur les troupeaux et leur refus de toute conditionnalité des indemnisations des troupeaux prédatés. Enfin, ils ont réitéré leur demande de sortir le loup de la Convention de Berne et de la directive Habitats. Ils espèrent un geste fort du gouvernement et que sur le dossier loup le président de la république « écoute la voix de la raison et du bon sens exprimée par les gens de terrain : élus locaux et acteurs économiques. Vous aurez la condition indispensable pour réaliser une bonne politique d’aménagement du territoire. »

Pour en savoir plus sur l’histoire du loup en Val de Loire 

L’Université de Caen en Normandie a mis en ligne un intéressant travail de recensement des attaques de loups en France avec un focus sur la Touraine et l’Orléanais. http://www.unicaen.fr/homme_et_loup/cas_loups_loire.php

Carte de l’Observatoire du loup (situation fin 2017)

carte-odl-07112017

« Départements sous flux de dispersion permanent » : Départements où le canidé est établi et se reproduit./« Départements sous surveillance » : Départements avec présence aléatoire possible du canidé./« Départements sous dispersion » : Départements où le canidé disperse avant de s’établir définitivement (1 ou+)./« Départements où l’absence du canidé est certaine./« Départements sous dispersion probable du loup gris européen d’origine allemande (Canis lupus).

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*