Permaculture du blé : une culture hasardeuse

Cultiver un blé semé très clair et très tôt avec un couvert compagnon sensé contenir les adventices, c’est intellectuellement séduisant mais le résultat est pour l’instant aléatoire.

D’après réseau chambres d’agriculture Centre Val de Loire

blé très précoce

La méthode a été adaptée  au contexte des systèmes de culture du Centre Val de Loire: semis de blé en deuxième quinzaine d’août, peuplement du blé d’au moins 50 à 100 plantes / m² et semis du couvert en association.

Les chambres d’agriculture de la région Centre-Val de Loire et la FDGEDA du Cher ont commencé en 2018, à évaluer l’intérêt agronomique et économique d’une implantation très précoce de blé (méthode de permaculture Bonfils-Fukuoka). Cinq essais intégrant une couverture phyto raisonnée ont été mis en place : dans le Cher, le Loir-et-Cher, l’Indre et en Indre-et-Loire.

Au final, les faibles rendements obtenus dans les essais et la difficile gestion des adventices ne valident pas, cette année, la méthode testée, inspirée de Bonfils-Fukuoka. Le temps d’installation du couvert n’a pas permis de limiter la levée des adventices. La sensibilité à la JNO n’a pas été réduite mais cette observation mérite d’être réévaluée avec des semis plus précoces. La campagne 2018/19 avec la sécheresse couplée à une canicule estivale ne laisse pas augurer de meilleurs résultats du fait d’une implantation défaillante du blé et du couvert.

blé bonfils fukuoka

Le couvert associé se compose dans la plupart des situations d’une association à base de lentille et de fenugrec, sauf en Indre-et-Loire où c’est un mélange féverole + tréfle violet. Les peuplements varient de 15 – 20 plantes /m² (féverole) à 50-100.

Un salissement important est noté dès le mois d’octobre 2017dans l’essai de la CA 37. La faible densité du couvert a laissé place aux adventices, entrainant un programme de désherbage conséquent pour essayer de maintenir les parcelles propres.  Dans l’essai de la FDGEDA 18, le salissement est faible mais plus élevé dans les zones où le blé est moins bien levé. Pour les essais de l’Indre, la pression des adventices  est moyenne.

Préjudicables pucerons

Une forte pression de pucerons est constatée dans l’essai de la CA 37 sur des variétés non traitées à l’imidaclopride. Les comptages réalisés le 24 octobre vont de 45 % à 75 % de pieds porteurs. Un traitement insecticide a été réalisé le lendemain dans de bonnes conditions. La nuisibilité finale est modérée avec 10 q/ha pour BOREGAR et 3,5 q pour SYLLON (figure ci-contre).

Dans l’essai du Cher, même si aucun puceron n’a été détecté à l’automne, la modalité «Fukuoka » a été fortement touchée, avec présence de virose sur l’ensemble des pieds. L’essai de la CA36 situé à Pellevoisin est également affecté.

En semis précoce, les rendements sont nettement inférieurs aux semis de mi-octobre dans la totalité des situations. La perte moyenne de rendement s’élève à 37.7 q/ha oscillant de 15 à 49.

On constate que le tallage épis est très faible au regard du peuplement (4 épis/pied dans l’essai du 37) et ne permet pas d’atteindre un nombre d’épis satisfaisant (moins de 250 épis/m² contre 520 à 630 à date de semis normale).  Le taux de protéine est élevé reflétant une mauvaise efficience pour le rendement de l’azote apporté.

Dans l’essai de la CA36, le rendement du témoin sans azote semé précocement est meilleur que celui de la date normale (22 q/ha contre 9 q/ha). Le blé semé précocement a pu capter l’azote du sol à l’automne et s’est ensuite mieux comporté.

La culture du blé par Fukuoka et Bonfils 

Masanobu Fukuoka (1913 – 2008), est un agriculteur japonais, connu pour son engagement en faveur de l’agriculture naturelle. Père de la notion dite de « permaculture », il a prôné l’unification spirituelle entre le l’homme et la nature à partir de ses bases culturelles (zen, taoïste, bouddhiste).  Sa permaculture est une production légumière vivrière associée à un travail personnel sur le sens de la vie. Les principes culturaux tiennent en cinq principes : pas de labour, pas d’engrais, pas de sarclage, pas de phytosanitaires et pas de taille. Agriculteur et écologiste français, Marc Bonfils (mort en 2011) a expérimenté la méthode Fukuoka, notamment pour la culture du blé tendre. Il a estimé que les rendements obtenus ne sont pas régulièrement élevés mais quand ils le sont, c’est avec une très faible consommation d’intrants (Barbié, 2015)

Le protocole Bonfils-Fukuoka repose sur :

  • un semis du blé lors de la maturité de la céréale après le solstice d’été pour bénéficier de l’énergie solaire, de la minéralisation estivale et obtenir un tallage maximal à l’entrée de l’hiver ;
  • un semis à très faible densité, un plan tous les 50 cm pour maximiser l’enracinement, le tallage, la surface foliaire active et limiter le développement des maladies.

 

 

Pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*