L’élevage une menace pour la biodiversité?

Conférence Ferme Expo 2018 : le rôle de l’élevage dans la création et le maintien de la biodiversité

Conférence ouverte à tous samedi 17 novembre 10h30

à Ferme Expo Tours (Parc expo Salle de l’Orangerie)

vache en bord de vienne

Dans les basses vallées et sur les pelouses calcaires prospèrent une flore et une faune remarquables. Une biodiversité de surface et souterraine qui ne pourrait s’exprimer et croître sans le travail des éleveurs et le pâturage des troupeaux.

Ecologistes, élus et éleveurs s’accordent à reconnaître que la sauvegarde de ce riche patrimoine naturel ne peut se faire qu’en maintenant un élevage durable sur nos territoires..  

A l’occasion de cette conférence débat Ferme Expo 2018, le journal Terre de Touraine et la Sepant invitent le public en compagnie d’un botaniste, d’éleveurs, d’élus et de naturalistes, pour une conférence suivie d’un débat.  

Entretien avec Damien Avril botaniste à la Sepant

Le pâturage et la fauche des prairies préservent la biodiversité

prairie

Prairie humide de 2 ha gérée par pâturage, accueillant plus de 100 espèces végétales dont 4 espèces en danger critique d’extinction dans la région (Avrillé-les-Ponceaux, 37).

La montée en puissance d’une écologie radicale et violente agite les milieux écologistes scientifiques qui s’inquiètent de voir des militants anti-spécistes dénigrer l’élevage en diffusant de fausses informations.

Propos recueillis par Philippe Guilbert

C’est un écologiste qui le dit, Damien Avril, botaniste à la Sepant s’inquiète en tant que citoyen de voir des vérités infondées accusant le monde de l’élevage assénées, reprises par les médias et diffusées sur les réseaux sociaux pour servir la cause vegan-antispéciste.

Suite aux multiples polémiques sur les conditions d’élevage et d’abattage des animaux destinés à la consommation humaine, les médias servent de caisse de résonnance à une montée en puissance d’un discours militant contre l’élevage. En prélude à une conférence sur la sujet à Ferme Expo (lire en fin d’article), Damien Avril développe ses arguments.

damien

Terre de Touraine : Parmi les arguments brandis, la question de l’impact écologique de l’élevage revient quasiment systématiquement. Qu’en est-il vraiment ?  

Damien Avril : Présenter l’élevage en général comme une menace pour l’environnement amène nécessairement à simplifier la réalité à l’extrême. Certains types d’élevage, loin d’être minoritaires, ont des bénéfices environnementaux qu’il s’agit de prendre en compte. Je veux parler tout particulièrement les bénéfices de l’élevage extensif d’herbivores (bovins, ovins et caprins) sur les écosystèmes.

Peut-on parler de synergie élevage et biodiversité ?

Oui et ça n’est pas une nouveauté. Depuis qu’il pratique l’élevage -il y a environ 10 000 ans-, l’Homme a profondément modifié les écosystèmes tempérés, en favorisant les systèmes herbacés au détriment des forêts. En effet, en fauchant ou en laissant paître ses troupeaux, il a favorisé l’apparition de nouvelles niches écologiques que les espèces végétales et animales inféodées aux milieux ouverts ont pu coloniser. Contrairement à ce que l’on pourrait penser spontanément, cette action a permis une diversification des habitats naturels et l’installation d’une riche biodiversité.

Quelle est la situation de ces habitats créés par l’activité humaine ?

En Europe, les habitats qui ne peuvent se maintenir qu’en présence de pratiques agro-pastorales (les pelouses calcicoles, les bas-marais alcalins, les prairies humides, les pelouses sablo-calcaires, etc.) sont aujourd’hui en forte régression, notamment en raison de l’abandon de ces milieux par les éleveurs. Dès lors que la fauche et/ou le pâturage cessent, la forêt reprend ses droits, ce qui conduit à la disparition des espèces de milieux ouverts et généralement à une diminution de la richesse en espèces (1). A titre d’exemple, on estime qu’en Centre-Val de Loire, plus de la moitié des espèces végétales figurant sur la liste rouge régionale -420 taxons (2)- est inféodée à des habitats ouverts dépendant directement de pratiques agro-pastorales.

Quel est l’impact des émissions de méthane sur le changement climatique ?

Il est souvent avancé que la fermentation entérique des bovins joue un rôle important dans la libération de méthane dans l’atmosphère. Ce phénomène est bien réel mais il doit être relativisé dans le cas des systèmes herbagés, puisque les prairies jouent un rôle fondamental dans la fixation du carbone atmosphérique dans la biomasse et les sols par le biais notamment de la photosynthèse. Une fois prises en compte les émissions de méthane issues de la digestion des ruminants et celles d’oxyde nitreux provenant des sols, on constate que les systèmes herbagés captent plus de gaz à effet de serre qu’elles en émettent (3) . Or, en Centre-Val de Loire, 60% des élevages de bovins viandes exploitent majoritairement des prairies naturelles (4). D’autre part, de nombreuses prairies sont situées en zones humides. Ces prairies humides participent efficacement à l’épuration des eaux, en particulier lorsqu’elles sont fauchées.

Les éleveurs concernés jouent donc un rôle écologique important ?  

A la vue de ces quelques éléments, il apparaît clairement que les milieux gérés par les éleveurs remplissent des fonctions écologiques fondamentales, en particulier pour la biodiversité. Parmi les multiples enjeux auxquels l’élevage moderne doit faire face, le maintien des fonctions écologiques des milieux herbacés devrait être une priorité.

  • Stampfli, A., et Zeiter, M. (1999). Plant species decline due to abandonment of meadows cannot easily be reversed by mowing. A case study from the southern Alps. J. Veg. Sci. 10, 151–164.
  • Un taxon correspond à une entité d’êtres vivants regroupés parce qu’ils possèdent des caractères en communs du fait de leur parenté
  • Soussana, J.F., Allard, V., Pilegaard, K., et al. (2007). Full accounting of the greenhouse gas (CO2, N2O, CH4) budget of nine European grassland sites. Greenh. Agriculture, Ecosystems and Environment. Eur. 121, 121–134.
  • Agreste
Pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*