Recherche : L’Inra de Nouzilly piste l’aviculture durable

L’une des plus prestigieuses unités de recherche avicoles est installée en Touraine à l’Inra. Qu’il s’agisse d’alimentation, de qualité de la viande, de comportement et de santé des gallinacées, les « savants » veillent au grain.

A l’unité de recherche avicole de la station Inra de Tours-Nouzilly, les travaux des chercheurs portent sur toutes les facettes de la production des volailles comme l’explique Michel Duclos, directeur de l’Unité de recherche avicole.

 

« Des aliments alternatifs pour nos volailles, des lignées sélectionnées pour être plus résistantes ou produisant moins de déchets, des méthodes d’élevage innovantes, des travaux sur les émotions, les capacités cognitives des volailles ou la santé des animaux…l’Inra est partie prenante des réflexions sur la durabilité des élevages ». Michel Duclos dirige la belle brochette de laboratoires étudiant toutes les facettes de la volaille sur le site de Nouzilly. Si l’unité de recherches avicoles a mis au point la fameuse poule Vedette dans les années soixante quand le mot d’ordre donné à l’agriculture était productivité, les axes de recherche sont désormais fondés sur les quatre pieds de l’agriculture durable : techniquement appropriée, économiquement viable, socialement acceptable, environnementalement soutenable. Un registre ouvrant de larges horizons aux chercheurs. Lire la suite

Unité d’infectiologie de l’Inra de Tours Nouzilly : Une course de fond silencieuse contre l’infiniment petit

Au quotidien l’équipe de l’unité d’infectiologie côtoie des micro-organismes qui font la une des médias. Virus influenza, herpès de Marek, Escherichia coli, coccidioses sont étudiées à Nouzilly dans des laboratoires de haute sécurité dont un de type L3 réservé aux souches particulièrement virulentes.

Daniel Marc et son équipe veillent sur la santé, celle des citoyens et des volailles avec un double challenge : protéger le consommateur et réduire les intrants médicamenteux utilisés en élevage intensif. H1N1, H7N9, H5N8…ici on étudie la pathogénicité de cette drôle de famille commençant par un H et qui passe son temps à se recombiner et à faire la nique aux vaccins.

Ses chercheurs sont des chasseurs de virus. Virus voyageurs qui, une fois sortie du chapeau chinois sont véhiculés sur toute la planète par les oiseaux migrateurs. Les volailles sont des cibles Lire la suite