« Vraie » ou « Fake « ? Enquête France Info: Glyphosate cancérogène ou pas?

» »L’Organisation mondiale de la Santé a classé le glyphosate en cancérogène » ?C’est en tout cas ce qu’affirme le député écologiste Noël Mamère. Mais l’Organisation mondiale de la Santé est beaucoup plus nuancée… voire contradictoire.

Au printemps 2016, Marie Comant et Antoine Krempf, journalistes à France Info ont pris le temps de Lire la suite

Risque chimique: un outil pour évaluer son entreprise

SEIRICH a été conçu pour être employé aussi bien par des experts que par des utilisateurs ne disposant pas de connaissances particulières dans le domaine des risques chimiques.

Plus d’infos auprès de la caisse de MSA Berry Touraine

 

SEIRICH est une application informatique, mise à disposition et  développée par l’INRS en partenariat avec Lire la suite

Grandes cultures : les dossiers chauds décryptés par l’UDSEA37

Plan Ecophyto 2, redevances, autorisations de mise en marché (AMM), orientation des crédits recherche, Jean-Claude Robin détaille un point de vue professionnel sur les réformes en cours qui impactent le fonctionnement des exploitations céréalières et la protection des cultures.

Cash Investigation et les Pesticides : quand des contrevérités sont diffusées en prime time…

L’émission Cash Investigation, diffusée le 2 février 2016, était intitulée « Produits chimiques : nos enfants en danger » [1]. Elle s’est attachée à montrer pendant 2h15 que les pesticides présentent un danger imminent pour la santé des agriculteurs, des consommateurs et des enfants. Tout au long de l’émission, la journaliste Elise Lucet a martelé, sur un ton inquiet et alarmiste, que 97 % des produits alimentaires contiendraient des résidus de pesticides.

L’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS) déplore qu’une chaîne publique de télévision ait transmis en prime time un tel message, trompeur et alarmiste, à plusieurs millions de téléspectateurs, et que ce message ait ensuite été relayé par l’ensemble des médias et des réseaux sociaux, sans le souci ni de la véracité des « informations » colportées, ni de l’inquiétude légitime mais injustifiée ainsi propagée dans la population. Sans prendre position pour ou contre les pesticides, l’AFIS entend rappeler, ici, plusieurs éléments qui ont été occultés pendant l’émission et qui donnent un tout autre éclairage au chiffre de 97 %.

L’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) a contrôlé la présence de 685 Lire la suite