Arboriculture: Combien de pommes dans le verger en un clin d’œil …électronique

Un outil d’anticipation et de gestion au verger de la récolte est en expérimentation en Val de Loire. Les premiers résultats de comptage de fruits collectés par la station de la Morinière sont très encourageants

Crise agricole : 600 exploitants tourangeaux en situation critique

Venu visiter un jeune agriculteur du plateau de Ste Maure de Touraine, Louis Le Franc, préfet d’Indre et Loire a rappelé l’ampleur de la crise agricole qui affecte dans leurs fondations 15% des exploitations agricoles.

Venu sur l’exploitation laitière de Gaby Barillet à Sepmes à l’invitation de l’UDSEA et des JA, Louis Le Franc est revenu la profondeur de la crise qui affecte les exploitants agricoles toutes productions confondues victimes de la crise des marchés des denrées vendues sous leur coût de production, du gel et du climat désastreux qui a prévalu au printemps 2016.

Espoirs et vigilance face à la marche des robots

JOURNÉE NATIONALE POMMES-POIRES/ Comme d’autres composantes de l’agriculture, l’arboriculture n’échappe pas à l’arrivée des nouvelles technologies dans les vergers. Les robots et bien d’autres techniques innovantes sont à l’œuvre dans les vergers.

Par Philippe Guilbert

« Vers une révolution technologique au verger » ! Début juillet, la station de la Morinière de St Epain ouvrait sa journée technique pomme-poire avec Lire la suite

La fête des jeunes agriculteurs au Louroux en Touraine

Les 20 et 21 août 2016, l’équipe Jeunes agriculteurs 37 (Indre et Loire) a convié le public au Louroux, un joli coin de Touraine pour faire une joyeuse fête autour des métiers de l’agriculteurs actuelle et ancienne. Plus de trois mille personnes sont venues au rendez vous. Retour en images.

Un chantier d’ensilage en Touraine


Les premiers champs de maïs semés en avril sont désormais ensilés. Les années se suivent mais ne se ressemblent pas,  2015 est marquée par la sécheresse aux antipodes de l’année exceptionnelle que fut 2014.

En non irrigué, les rendements de maïs fourrage sont très loin des douze tonnes de matière sèche par hectare nécessaire à l’affouragement des troupeaux laitiers. La réalité, c’est un tonnage de 6 à 8 tonnes voire moins. La mauvaise implantation des racines d’ancrage a déstabilisé les maïs, au cours de l’été, les plus fragiles sont tombés, la tempête du début de semaine accentuant le phénomène. Tous ces pieds ne …

suite de cet article dans l’édition du 28 août 2015 de Terre de Touraine. Pour s’abonner voir ci-dessus