Aller au contenu principal

Amboise & côt
Amboise renoue avec son côt et son histoire viticole

Amboise veut favoriser le développement et redorer l’image du côt, cépage historique du secteur. Les vignerons locaux l’ont mis à l’honneur lors de l’événement « Amboise & côt », le 27 juin, avec un colloque riche en contenu.

Léonard Laborie, chercheur au CNRS, Samuel Leturq, professeur d’histoire médiévale à L’université de Tours, et Henri Galine, archéologue expert des cépages historiques du Val de Loire, sont quelques-unes des pointures venues apporter leur pierre à l’évènement « Amboise & côt ».

L’auxerrois, le malbec, le noir de pressac, autant de noms qui définissent le même cépage : le côt. Appelé côt dans le Val de Loire, il est connu mondialement sous le nom de malbec, son appellation de Cahors, tandis que la dénomination « auxerrois » a disparu. Le côt est le résultat d’un croisement, qui aurait été effectué à Cahors. Là-bas, il est à l’origine choisi pour sa bonne adaptation au terroir et car le marché réclamait un vin coloré, charpenté, qui vieillit. Ailleurs, il était notamment utilisé pour noircir certains vins de Bourgogne.

 

Le malbec voyage du Lot au Saint-Emilionnais à la moitié de 18ème siècle. Un siècle plus tard, le cépage arrive en Argentine et au Chili, sous le nom de malbec, donc certainement expédié depuis le Bordelais. Et la diffusion ne s’arrêtera pas là puisqu’un pépiniériste australien proposait des plants de malbec en 1840.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Publicité