Aller au contenu principal

Diversification
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau

Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive. Un atelier complémentaire choisi pour se diriger vers le circuit-court et la diversification.

Installé en céréales, Médéric Boisseau en est à sa deuxième saison de production d’asperges, à Maillé, et c’est une affaire qui tourne.

Non loin du Richelais, à Maillé, les champs buttés d’asperges font aussi partie du paysage. Installé depuis 2016 sur 110 hectares de céréales à Sainte-Maure-de-Touraine, Médéric Boisseau développe en effet la production d’asperges depuis 2020. « J’ai toujours envie de créer, de développer de nouvelles choses, et j’adore le contact donc je voulais une activité en vente directe. Personne ne produisait d’asperges dans le coin, donc j’ai eu envie de tenter », justifie le jeune homme. Qui plus est, les terres très sableuses et irrigables de l’exploitation de ses parents à Maillé s’y prêtaient ; 30 ares d’asperges étaient d’ailleurs en place il y a 30 ans, à l’arrivée de ses parents sur la ferme.

L’activité occupe une ancienne étable, sur l’exploitation céréalière de son père. En plus de la rénovation du bâtiment, il a fallu investir : « les griffes bien sûr, et puis une machine pour laver, couper et trier par calibre, une machine pour lever et baisser les bâches lors de la cueillette, une butteuse, une chambre froide, une balance, et divers autres outils. »

« Je dois beaucoup à Frédéric Jautrou, je lui suis très reconnaissant, souligne celui qui est allé demander conseil et formation à ce producteur d’asperges bien implanté, à Chaveignes. J’ai fait une saison de cueillette chez lui, et il m’a tout expliqué. Je le questionne encore parfois. »

 

VENTE À LA FERME ET EN LIVRAISON

Un hectare est aujourd’hui en production depuis l’an dernier, et un autre hectare a été implanté fin mars.

La vente se fait à la ferme ou en livraison à domicile. Habitant Joué-lès-Tours, Médéric a développé un réseau de clientèle à Tours, par relations. Il livre également des entreprises, dans le cadre de commandes groupées. Il travaille aussi un peu avec Intermarché, quelques restaurateurs et un primeur (Le marché de Léo*). La clientèle existante lui suffit pour écouler sa production de 80 à 100 kg par jour.

Pour se démarquer, Médéric a créé une marque, « Aspergus », et un logo. « Je veux que la marque parle aux gens, qu’elle soit un gage d’excellence à un prix juste. Les asperges livrées sont récoltées le matin même. On cueille et on livre tous les jours pendant la saison. » Un cueilleur et un salarié en CDD au conditionnement, rendent ces conditions possibles, ainsi que le coup de main des parents. « C’est frais, local, et transparent. Sur le site internet (où on peut commander en ligne) et la page Facebook d’Aspergus, j’essaie de montrer comment on travaille », ajoute le jeune homme.

 

UNE SAISON TRÈS FAVORABLE

Cette année, les conditions climatiques sont parfaites pour l’asperge, et la production en Indre-et-Loire est très bonne. Médéric fait varier le prix du kilo au fil de la saison, « pour lisser le coût de revient ». Il est actuellement à 6 euros le kilo, tous gabarits confondus. « C’est un travail monstre, mais on a les retours positifs des clients et c’est la plus belle récompense car on travaille pour ça », sourit le producteur.

Le jeune agriculteur aime entreprendre et a d’ailleurs déjà une autre idée derrière la tête. « J’aimerais transformer le blé que je produis en farine, puis en pain, pour maîtriser la chaîne de A à Z. Ce qui supposera d’acheter un moulin et de salarier un boulanger et un vendeur. L’idée serait aussi de créer une marque de pain, pour que les clients puissent s’identifier. » Au départ en retraite de son père, d’ici 2 ou 3 ans, il envisage d’embaucher un chef de cultures pour gérer la partie céréales, afin de pouvoir développer les ateliers asperges et transformation de la farine.

*Asperges à retrouver sur les marchés de Ligueil (lundi), du Grand-Pressigny (jeudi) et d’Amboise (vendredi).

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Résistance aux fongicides : ne pas baisser la garde
Retour sur la réunion technique d’hiver Agroveille de la chambre d’agriculture, où plusieurs thématiques majeures pour la réussite technico-éc
Publicité