Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Salon de l'agriculture : « Il faudrait plus de producteurs de la région ! »

Le Domain Plou et fils emmène ses touraine, touraine amboise et crémant de Loire au SIA depuis plus de 30 ans. Retour sur un rituel payant au niveau commercial, avec Mathieu Plou.

Mathieu Plou, ici avec son frère Guillaume, met en avant les nombreux contacts qui se lient au SIA, que ce soit avec des particuliers, des professionnels ou des journalistes.

Mathieu Plou, l’un des associés du domaine, participe au SIA depuis quelques années. Convaincu des retombées positives du salon, il regrette cependant la présence réduite de producteurs du Centre-Val de Loire.

Comment vous organisez-vous pour participer au SIA ?

M.P. : On se déplace à 2 ou 3 personnes. La préparation est rôdée, on envoie à peu près 500 invitations à nos clients, et au moment venu on a juste à emmener les vins, les verres… La décoration du stand est déjà prévue par la chambre régionale d’agriculture, comprise dans le prix. Elle organise une réunion pour y réfléchir et on valide les visuels. Sur place, on a un emplacement de 12 m2.

 

Quelles opportunités vous ouvre le Salon de l’Agriculture ?

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Un plan conséquent de soutien à l’économie
L’état et la région Centre Val de Loire se sont accordés pour mettre sur pied un plan de survie des entreprises fondé dans un premier temps su
Covid-19 : les filières tiennent mais grincent
Hissées sur le piédestal de la République, les filières agro-alimentaires remplissent du mieux qu’elles peuvent leur mission : fournir les ass
Horticulture-pépinière : un printemps au goût amer
Le coronavirus déstabilise beaucoup de secteurs économiques.
Filière vin : un printemps de menaces majeures
Avec 1,3 milliard de chiffre d’affaires annuel, ses 3 700 opérateurs, des dizaines de coopératives et 340 négociants, la filière viticole est
Que faire quand le Covid-19 est là ?
Dès la fin de semaine dernière, des employeurs ont signifié la présence de cas de salariés atteints par le Covid-19.
Publicité