Aller au contenu principal

Elevage en Touraine
Un robot laveur chez les cochons

Dans une porcherie de Draché, un nettoyeur haute pression robotisé améliore les conditions de travail des éleveurs en réduisant le temps passé à un travail ingrat.

Tous les éleveurs de porcs sont, parfois à leur dépends, des as du Karcher. Après chaque sortie de bande, la salle d’engraissement, comme l’ensemble des locaux recevant des animaux, est soigneusement décapée à haute pression par un opérateur couvert de pied en cape. Un travail peu passionnant, à terme source de troubles musculo-squelettiques. Aussi, quand le robot laveur est apparu, les élevages qui ont pu en faire l’acquisition n’ont pas hésité. C’est le cas des associés du Gaec des Deux Vals à Draché près de Ste Maure de Touraine. Depuis ce printemps la corvée du nettoyage est allégée des deux tiers par un robot danois. Un investissement de 36 k€ qui réduit le lavage manuel par tranche de trois salles, de 27 heures à 9 heures. « La mise en route ne demande que quelques minutes commente Cédric Raguin. Une fois les bras installés, il suffit de fixer un régulateur de blocage tuyau-câble sur la porte puis de lancer le pilotage informatique programmable. Nous pré-trempons la salle avant de démarrer. La machine accomplit un aller-retour en avançant très lentement ; d’abord pour laver le sol et les auges puis il s’attelle aux murs avec un angle de 70°. Le robot dégrossit largement le nettoiement qui est terminé manuellement. La finition est rapide et surtout beaucoup plus confortable pour l’opérateur. » Le robot fonctionne sur le 220 V et il est branché sur le réseau haute pression du bâtiment. Malgré ses deux pompes, l’installation existante à due être renforcée par le creusement d’une nouvelle tranchée venant du forage afin d’augmenter le volume d’arrivée d’eau et suffire à la mise en action des deux rampes. Un minimum de 60 litres d’eau par minute transite par une cuve tampon de 250 litres, soit une sortie de 30 l/mn par buse. Plusieurs modèles de robot sont disponibles chez le fabricant. Les Raguin ont choisi une version de base avec peu de mécanique pour réduire l’investissement mais surtout réduire le risque de panne. « La machine ne remplace un homme mais le temps gagné nous accorde plus de temps pour les animaux et ça c’est précieux pour un éleveur » conclut Cédric.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Oleoappro : la filière colza a de l’avenir
Pour les éleveurs, se fournir en alimentation animale de qualité n’est pas toujours simple.
Le pouvoir réfléchissant des prairies à l’étude
Mieux appréhender l’effet de ses pratiques sur la part de rayons solaires réfléchie par ses prairies peut contribuer à lutter contre le réchau
Viande : l’agneau a toutes ses chances d’avoir la cote
La journée régionale ovine a réuni une soixantaine de personnes le 15 septembre dernier à Nibelle.
Objectif : autoconsommation énergétique
La Touraine compte désormais 14 méthaniseurs dont une unité de co-génération importante et originale dans sa structure, récemment visitée par
Viande bovine : forces et faiblesses d’un atelier bio
Le 22 septembre, la journée Tech&Bio a mis l’accent sur les résultats technico-économiques d’un atelier expérimental bio suivi sur la ferm
La filière porcine cherche des bras
Plus de 30 personnes étaient réunies le 22 septembre dans le sud de la Touraine pour une journée découverte de la production porcine, en vue d
Publicité