Aller au contenu principal

Culture légumière
Une approche système pour l’asperge

Bien que protégée sous sa butte de terre, l’asperge n’échappe pas à la remise en question de son mode de culture. De nouvelles stratégies impliquant la plante dans son environnement tellurique apportent des réponses intéressantes.

Lors des Asparagus Days d’Angers, Thierry Picaud, du cabinet conseil Medinbio (1), a présenté une nouvelle approche système pour la culture de l’asperge. « C’est un challenge à relever qui met en oeuvre trois stratégies basées sur la dynamique d’un sol vivant, les stimulations des défenses de la plante et les traitements. » A l’image des réussites obtenues avec la phytothérapie en santé animale (aviculture), le consultant prône une approche globale multidisciplinaire. De nombreuses substances naturelles, vivantes ou inertes, ont été identifiées comme autant d’éliciteurs tonifiant les défenses ou agissant directement sur les ravageurs ou les maladies.

 

Thierry Picaud en nomme une trentaine allant des phénols aux huiles essentielles, en passant par les Trichoderma ou les Bacillus, mais aussi des saccharides, des anti-oxydants, des préparations naturelles non précoccupantes (PNNP) à base de prêle, d’algues, d’orties et de tanins.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le sans soufre à pas comptés
AOC BOURGUEIL & ST NICOLAS DE B/ Vigneron de Benais en Touraine Val de Loire, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans
Treize nouveaux apprentis viticoles à Amboise
Depuis le 10 janvier, treize adultes sont engagés dans la formation « ouvrier qualifié viticole » au lycée d’Amboise.
Le sans soufre avec précautions
Vigneron de Benais, Vincent Delanoue, après plusieurs tests de vinification sans soufre, s’est lancé cette année grandeur nature sur 10 % de s
Nitrates : un nouveau tour de vis en prévision ?
Alors que de nouvelles règles viennent contraindre encore plus l’activité agricole, une évolution de la réglementation sur la pollution des ea
Déjouer les pièges d’une vinification sans sulfites
Vinifier sans soufre ajouté des raisins peu acides présente des risques.
Une stratégie sur mesure pour sortir des impasses
Des purs céréaliers cochant la case retour à l’élevage laitier, le fait est suffisamment exceptionnel pour être relevé, d’autant que ce n’est
Publicité