Aller au contenu principal

Portrait de jeune
Jérémy Turpin, un viticulteur sur les chapeaux de roues

Rencontre avec un jeune viticulteur dynamique et impliqué, qui sait aussi s’accorder du temps pour les loisirs.

Jérémy Turpin est installé depuis 2015 à Vernou-sur- Brenne, au nord-est de Tours. Producteur de vouvray et d’AOC touraine rosé, il est membre du syndicat des vins de vouvray et préside la commission viticulture des Jeunes Agriculteurs d’Indre-et-Loire.

« Je représente la 4ème génération de viticulteurs dans ma famille », annonce fièrement le jeune homme de 26 ans, qui s’est installé sur l’exploitation familiale en 2015 après des études au lycée viticole d’Amboise. Cultivant au départ 5 hectares de vignes, il s’est agrandi et a repris 6 autres hectares en 2018. Il effectue également des prestations pour le compte d’autres viticulteurs.

Des vins pétillants à souhait

En brut ou demi-sec, et rosé pétillant, les vins de Jérémy Turpin sont travaillés en monocépage chenin blanc et présentent tous un profil effervescent. En année normale, les rendements s’élèvent à 70 hectolitres par hectare. « Je produis environ 6 000 bouteilles à l’année. Les trois-quarts de la récolte sont commercialisés avec des négociants et tout le reste en vente directe », précise-t-il.

Au fil des ans, il s’est constitué un noyau dur de clients fidèles qui viennent régulièrement lui rendre visite. « Pour le reste, ma page Facebook et le bouche à l’oreille font l’affaire ».

Les gelées de début de printemps ont impacté les plants de vigne de Jérémy Turpin, qui estime avoir subi 10 % de pertes pour le moment. Il souligne « l’esprit de solidarité des exploitants de son secteur, qui se sont rassemblés pour mettre en place des moyens de lutte efficace contre le gel et ont permis de limiter les dégâts ». Si le plus dur est passé, il préfère rester vigilant : « on est soulagé qu’une fois que la production entre dans la cave… »

« Une bonne année pour le moment »

Lorsqu’on l’interroge sur ses prévisions pour 2019, le viticulteur est plutôt optimiste ; « c’est une bonne année pour le moment si ça continue, mais il faudrait un peu plus de pluie ».

Pour se prémunir des limaces, Jérémy utilise la lutte par confusion sexuelle à 100 %. « Les capsules sont biodégradables, je n’ai plus besoin d’utiliser d’insecticide ni de surveiller les vols. »

Le jeune homme se ménage des créneaux pour déconnecter de son métier. Outre sa famille et la rénovation de sa maison, il occupe ses temps libres à des rallyes automobiles dans sa région et dans toute la France. « J’ai besoin de cette activité pour me vider l’esprit, elle me permet de rencontrer d’autres personnes en dehors du milieu agricole », confie-t-il. La clé d’un équilibre qui semble fonctionner.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignes et vergers : un millésime cueilli au nid par le gel
Comme à chaque fois, il est encore un peu tôt cette fin de semaine pour avoir un bilan précis des dégâts de gel.
La patate douce, une culture pas si simple
La patate douce a le vent en poupe, elle est très demandée par les consommateurs et les jardiniers sont de plus en plus nombreux à l’inviter a
Un enjambeur électrique autonome en test depuis 2 ans à Quincy
Un robot viticole électrique est en expérimentation dans le vignoble de Quincy dans le Cher pour les travaux du sol. Les vig
ZNT riverains : les jachères mellifères SIE, un levier avantageux
La jachère mellifère peut représenter une solution intéressante pour valoriser les zones de non-traitement.
Maïs fourrage : les engrais de ferme limitent les coûts de production
Utilisés à bon escient, les engrais de ferme, fumiers et lisiers, sont très bien valorisés par le maïs fourrage.
Irrigation : un structurateur d'eau en sortie de forage
Réorganiser la molécule d’eau d’irrigation et la rendre plus assimilable, bienfaisante pour les plantes cultivées, c’est le crédo des fabrican
Publicité