Aller au contenu principal

Conseils espaces verts
Le BSV jardins amateurs disparaît

Au terme de 5 ans d’existence, le bulletin de santé dédié aux jardins est mis au pilori pour raisons de coupe franche dans le budget qui lui était alloué.  

Le BSV Jevi (jardins espaces végétalisés et infrastructures) avait vu le jour en 2013. La région Centre-Val de Loire a été la première à mettre en place ce bulletin d’observations des maladies et ravageurs et de moyens de lutte, dédié aux jardins amateurs.

Particuliers, jardins familiaux, associations d’horticulture, le réseau d’observateurs s’est agrandi au fil du temps, tout comme le nombre d’abonnés (presque 2 000 en 2018). Une réussite en somme, et un engouement de la part des contributeurs et des utilisateurs. L’outil a d’ailleurs été repris dans d’autres régions.

Mais en octobre dernier, une coupe budgétaire de 23 % de l’enveloppe dédiée à l’épidémio-surveillance dans le cadre du plan Ecophyto 2+ a été annoncée, avec comme conséquence une baisse répercutée sur l’enveloppe des BSV. Et en Centre- Val de Loire, le comité régional d’épidémio-surveillance (CRE) a choisi le 7 décembre de supprimer le BSV Jevi. Cette décision a été motivée par la contrainte budgétaire et par la nécessité induite de recentrer les efforts du réseau régional d’épidémio-surveillance sur le suivi des bio-agresseurs suscitant la plus forte consommation de produits phytopharmaceutiques.

L’on pourrait considérer que, les particuliers n’étant plus autorisés à utiliser de produits phytosanitaires depuis le 1er janvier 2019, le BSV n’avait plus de raison d’être. Mais l’information sur les moyens de lutte alternatifs est alors d’autant plus justifiée. « Des rencontres au niveau national auprès de la DGAL ont été initiées sous l’impulsion du Joel Rouillé, président de la Fredon Centre-Val de Loire et de la Fredon France, et de Michel Javoy, membre de la SNHF, afin de trouver d’autres pistes de financement. Mais cela s’est soldé par un refus, indique Cyril Kruczkowski, animateur Fredon. C’est un immense gâchis ! »

De la déception du côté de la Fredon et de son animateur, qui s’est investi depuis le début et a vu se développer un outil qui a gagné sa légitimité. Déception aussi d’abandonner un réseau d’observateurs investis et dynamiques. Une perte aussi pour les professionnels puisque le bulletin leur apportait des informations utiles. Le suivi des vols des carpocapses par exemple, par les particuliers, constituait une source précieuse pour les arboriculteurs.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

La Chariotte fait revivre le coeur de Bueil
A Bueil-en-Touraine, une épicerie-bar coopérative a vu le jour voilà un an, à l’initiative d’un collectif d’habitants.
Enseignement agricole : rentrée sereine, effectifs en hausse !
Les écoles « vertes » ont le sourire, la plupart ont ouvert leur établissement avec un effectif en hausse.
L’Aspa : une allocation pour s’assurer un minimum vieillesse
L’allocation de solidarité aux personnes âgées assure un minimum de ressources aux retraités à faible revenus.
Prise en charge de cotisations possible suite au gel
Les arboriculteurs et viticulteurs ont jusqu’au 8 octobre pour demander l’accès à la prise en charge de cotisations sociales suite au gel.
Fête départementale : les JA 37 jouent collectif à Braslou
Après bien des atermoiements liés au contexte actuel, les adhérents de JA 37 ont réussi leur pari : offrir une journée de détente au grand pub
Projets alimentaires territoriaux en Touraine : c’est du concret !
On entend de plus en plus parler des projets alimentaires territoriaux, mais que vont-ils apporter, aux agriculteurs notamment ?
Publicité