Aller au contenu principal

Action syndicale
Les agriculteurs allument les feux de détresse

La stigmatisation des agriculteurs, que ce soit à propos de l'usage des phytos ou des pratiques en élevage, est à l'origine du message d'alerte lancé par les responsables de l'UDSEA et JA, lundi soir.

Lundi soir, à l'appel de l'UDSEA et de JA37, les agriculteurs ont symboliquement allumé un feu de détresse route de Loches à Chambray-lès-Tours. « Il s'agit d'une action symbolique pour interpeller nos concitoyens, explique Christian Blanchard, secrétaire-général de l'UDSEA. Dans le débat actuel sur les phytosanitaires, nous avons l'impression d'être des empoisonneurs. Or nous l'affirmons aujourd'hui haut et fort : nos pratiques protègent nos concitoyens ! En effet, nous utilisons le moins possible de produits autorisés par l'Etat, dans des conditions précises. Cela nous permet de supprimer des maladies impactant la santé humaine, comme l'ergot du seigle. »

Avec la prolifération du vulpin, très sensible à la maladie, le retour de cette maladie toxique devient un vrai risque, surtout avec des bandes enherbées en bordure de culture. Selon les études d'Arvalis, l'inoculum peut progresser, grâce aux vols d'ascospores, vers l'intérieur de la parcelle sur une distance d'environ 20 mètres.

 

Cette action avait aussi un objectif intra-agricole. « Nous devons être solidaires les uns des autres, poursuit Sébastien Prouteau, président de l'UDSEA. C'est une minorité d'activistes qui nous caricature. Mais cela peut avoir un impact psychologique sur chacun d'entre nous, nous devons donc nous organiser et être bienveillants les uns envers les autres. »

 

Le troisième axe d'action consistait à renouer avec le grand public « Nous devons davantage ouvrir nos fermes, car nous n'avons rien à cacher, bien au contraire, explique Maxime Billet, président de JA37. Et nous avons tous quelque chose à partager. Au moment des moissons, quoi de mieux que de faire monter un voisin dans la moissonneuse, pour expliquer notre travail. »

 

Prochaine étape de la rentrée syndicale : un mot d'ordre national, qui sera décliné dans chaque département, pour mardi prochain, le 8 octobre.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

PLATEFORME : LES ÉTAPES CLÉS D’UNE CONSTRUCTION RÉUSSIE
Le stockage sous abri fait parfois défaut dans les exploitations agricoles.
Les Olympiades des métiers, de futurs pros en compétition
Donner la possibilité aux jeunes étudiants ou apprentis de mesurer leurs compétences et leurs savoir-faire en aménagements paysagers et en maintenance
DES BÂCHES POUR VALORISER LES GAZ ÉMIS PAR LES FOSSES À LISIER
La SCEA de Neuville, exploitation porcine à Cluis (36) s’est dotée en 2016 d’un système innovant permettant aux associés de collecter le biogaz émanan
UNE STABULATION CONÇUE POUR ACCUEILLIR DES ROBOTS
La SCEA Saint-Hubert a conçu sa nouvelle stabulation en y intégrant des robots, pour gagner en souplesse de travail.
Herbe et Fourrages souffle ses dix bougies
A l’occasion de la journée bilan du cinquième programme Herbe et Fourrages dans l’Indre, le réseau a fêté ses dix ans.
Dix ans après, qu’est devenue la première ferme pilote ?
Michel Paillet, éleveur bovin allaitant à Saint-Maur dans le Cher, est venu à Ceaulmont partager son expérience de ferme pilote des premiers programme
Publicité