Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Groupement d'employeurs de Touraine
"C'est une solution sécurisante"

Le GE Touraine a fêté ses 10 ans le 11 décembre 2018 à Saint-Avertin, marquant le coup par une soirée festive avec ses salariés, adhérents et partenaires. Un système qui fonctionne très bien, à en croire les témoignages de deux agriculteurs adhérents et de la salariée mise à leur disposition.

Fort de son expérience de 10 années, le Groupement d’employeurs de Touraine a su évoluer et s’adapter aux demandes concrètes des agriculteurs. Les utilisateurs sont ceux qui en parlent le mieux !

Charline Roussel, salariée à temps plein du GE Touraine depuis le 10 septembre 2018, intervient chez Romain Besnard (Esvres) et Pascal Marionneau (Monts). Les deux agriculteurs ont accepté de partager leur expérience. « J’ai adhéré à l’association en début d’année parce que je cherchais un vacher à mi-temps, raconte Pascal Marionneau, éleveur de vaches laitières à Monts. Je savais que c’était difficile de recruter, à temps partiel, quelqu’un de qualifié et qui pourrait se projeter dans l’entreprise. Le recours au GE était donc justifié par la nature du poste ». Le GET a dans ce cas la tâche d’arriver à trouver d’autres employeurs, pour fournir un temps plein à un de ses salariés. « Quand il a reçu ma demande, l’animateur du GET a étudié les besoins complémentaires sur le même secteur géographique, pour créer un poste à temps plein, confirme Pascal Marionneau. Il s’est rapproché de Romain Besnard à Esvres. On a eu un premier salarié embauché par le GET, mais il a mis un terme à son contrat au bout de 6 mois. Le GET a donc recruté une nouvelle personne, Charline Roussel, depuis le 10 septembre. Pour nous, c’est une solution sécurisante parce que c’est le groupement qui gère les aléas liés au rôle d’employeur. Et je sais que toutes les démarches administratives sont assurées par les équipes ». Un partenariat qui fonctionne et qui rassure.

Romain Besnard, éleveur de vaches laitières à Esvres, est tout aussi satisfait. Nouvellement installé, il a repris l’exploitation de son père en fi n d’année dernière, et fait en sorte de s’entourer des services nécessaires à la bonne gestion de l’entreprise. « Rapidement, j’ai eu besoin d’un salarié. J’en ai discuté avec un des conseillers de la Maison des agriculteurs, où je m’adresse pour toutes mes démarches, qui m’a mis en relation avec le GET, retrace le jeune éleveur. Le groupement recherchait justement un exploitant ayant besoin d’un salarié à mi-temps, ce qui était mon cas. L’animateur a tout de suite organisé une rencontre avec M. et Mme Marionneau, c’était important de les connaître pour envisager le partage d’un salarié. Le courant est bien passé et on a pu échanger sur nos objectifs et nos attentes ». Romain Besnard apprécie les bonnes relations avec le GET, la salariée et l’autre utilisateur, qui permet une souplesse dans le travail. « En cas de pic d’activité, je n’hésite pas à appeler Pascal Marionneau pour utiliser Charline à sa place sur certains créneaux, et prévenir ensuite le GET des changements. Et ça fonctionne aussi dans l’autre sens. Ce n’est possible qu’avec une bonne entente. En général, j’ai Charline tous les après-midis, après ses matinées chez M. Marionneau. Elle travaille aussi chez moi un dimanche par mois. »  

 

Elle le dit

Charline Roussel, salariée à temps plein au GET et mise à disposition chez MM. Marionneau et Besnard

"Issue du milieu des chevaux et des concours, j’ai souhaité me reconvertir pour travailler dans un élevage laitier. L’annonce d’un poste à temps partagé sur deux exploitations m’a plu, j’ai postulé et j’ai été retenue, malgré mon manque d’expérience auprès des bovins. Les deux premières semaines, j’ai appris les fondamentaux du métier et gagné en autonomie. Les utilisateurs m’ont donné ma chance et accepté de consacrer du temps à me former. Aujourd’hui, je sais comment fonctionne chacune des exploitations et je suis capable de réaliser la plupart des tâches seule. C’est très enrichissant pour moi d’apprendre les méthodes de travail et d’organisation de chacun. Par exemple, l’un a un robot de traite, et l’autre une salle de traite classique. Ça m’oblige à m’adapter et à faire face à de nouvelles situations. Et ce poste me permet de concilier toutes mes passions : en plus de travailler auprès des vaches, je peux me consacrer à mon petit élevage de poneys, mais aussi intervenir de temps en temps sur des concours de chevaux. En les prévenant à l’avance, Romain Besnard et Pascal Marionneau ont accepté de me libérer pour ces concours. L’expérience est donc pour moi très positive !"

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Prêt à usage et bail rural : quelle différence ?
Je m’apprête à reprendre une exploitation mais l’un des propriétaires ne souhaite s’engager que temporairement.
Vignette
Des droits d’enregistrement à taux réduit
Sous certaines conditions, le fermier achetant une parcelle qu’il loue par bail rural bénéficie d’une réduction sur les droits d’enregistremen
Vignette
Parcelle de subsistance : prendre sa retraite en douceur
Vous préparez votre départ en retraite mais n’êtes pas prêt à abandonner totalement la terre ?
Vignette
Sous les panneaux, les machines
Le Lochois cultive depuis longtemps une tradition de mécanisation partagée.
Vignette
Incendie d'un bien loué, le fermier sou
Le fermier bénéficie de règles protectrices en cas d'incendie sur une parcelle ou un bâtiment loué(e) par bail rural.
Vignette
Vente d’une parcelle louée par bail rural
La vente d’une parcelle louée est-elle possible en cours de bail rural, sans que la vente ne mette fin au bail au cours ?
Publicité