Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

VERGERS TRANSALPINS
Les piémontais ont adopté la conduite Bibaum®

Présentée lors de la journée Pommes-poires de la Morinière fin juin, l’expérimentation italienne de conduite de pommiers en Bibaum® apporte un éclairage instructif sur une taille revisitée.

En taillant ses pommiers en bi-axes, l’arboriculteur cueillera un peu moins de fruits mais gagnera en coloration. Un mode de taille réservé aux sols fertiles. En terrain plus léger, la conduite en axe produit d’avantage sans perte de coloration. En bi-axes il obtiendra souvent des calibres plus petits, un risque accru de dépérissement en replantation, aucun effet sur l’alternance…mais pourquoi diable modifier son mode de taille. C’est que les intérêts du bi-axe ou Bibaum® l’emportent sur ses inconvénients. « Très fréquent dans le Piémont, le bi-axe est apprécié pour la production de branches courtes explique Alessandro Rizzato. Pour le directeur technique des entreprises Rivoira Giovanni e Figli, la forme Bibaum® favorise la pénétration de la lumière -donc la coloration - et la maîtrise de la vigueu. Avec un port de charpentières plus aérien, le climat interne du feuillage s’assainit rapidement, les feuilles sèchent rapidement. La récolte est facilitée dans un arbre structurellement adapté à la conduite en mur fruitier. Bibaum® est utilisée en particulier pour les variétés très vigoureuses requérant beaucoup de lumière pour synthétiser la couleur de l’épiderme, plantées sur des sols très fertiles (exemple Fuji). Pour une variété comme Gala, Alessandro Rizzato conseille un écartement de 3,8 mètres entre rangs pour une plantation en ligne d’1,4 m. Les porte-greffes retenus par les piémontais pour les Bibaum® sont au nombre de deux : M9 EMLA ou PAJAM 2. Un duo convenant aux replantations sur sols fatigués à condition de prendre soin d’un apport de matière organique (fumier). La fertilisation organique offre d’excellents résultats pour le développement végétatif de la plante et redonne vie aux sols pauvres en micro-organismes. En réduisant la distance entre rang sur des vergers axe arrachés, les italiens évitent l’écueil d’une replantation sur l’ancien rang. « Dans le futur, il sera possible de réduire la distance en présence de terres fatiguées et de variété faibles. » conclut le technicien italien qui a offert à la Morinière une conférence tout en français.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le chai en vrai pour de faux
Le réseau des préventeurs MSA se dote progressivement d’applications destinées à anticiper la conception d’un chai.
Vignette
Fret : les organismes stockeurs parfois contraints au 100 % camion
Derrière le consensus pour « sauver la planète », il y a parfois loin de la coupe aux lèvres entre les envolées lyriques et le terrain.
Vignette
Les députés intéressés par l'agriculture de conservation des sols
Les  vers de terre se sont invités au palais Bourbon mardi 15 octobre.
Vignette
Le code K6 du Paradis en met plein la vue
Le domaine de Paradis à Chinon présente sa nouvelle cuvée sans soufre ajoutée de cabernet franc.
Vignette
Panel Airbus : le vin pris en otage
Taxera, taxera pas ?
Vignette
Champeigne : le GDA, sinon rien !
De semis en moisson, le GDA de Champeigne accompagne ses adhérents depuis soixante campagnes céréalières et c’est loin d’être terminé.
Publicité