Aller au contenu principal

Renard : éleveurs, déclarez vos dégâts !

Le manque de déclarations de dégâts pourrait remettre en cause le statut du renard en tant qu’espèce susceptible d’occasionner des dégâts. Les éleveurs ont encore 6 mois pour signaler les dégâts occasionnés par cette espèce. Sans cela, la régulation de ce canidé risque d’être limitée.

Régulièrement, le ministère de l’Environnement réévalue le statut des espèces gibiers et des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts (Esod). C’est grâce aux dégâts déclarés par les agriculteurs que les corvidés, pigeons, renards et autres prédateurs sont classés sous un statut ou un autre. Or, faute de ne pouvoir être indemnisés, les exploitants ne renvoient pas systématiquement de déclaration de dégâts. C’est ainsi que, pour certaines espèces, le ministère n’enregistre plus de nuisances. Or, même si la fédération des chasseurs peut transmettre les prélèvements déclarés par les piégeurs agréés, ces derniers ne justifient en rien de la nuisibilité de l’espèce.

 

Le putois n’est ainsi plus considéré comme une espèce susceptible d’occasionner des dégâts sur l’ensemble du territoire par une décision du 7 juillet 2021. En effet, le Conseil d’État a annulé partiellement l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019, fixant la liste des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts de catégorie II et dont fait également partie le renard (cf. tableau en haut de page pour retrouver les modalités des différentes catégories). Cette même décision a également retiré la pie bavarde de la liste dans le Loiret.

 

6 MOIS POUR AGIR

C’est le délai qu’il reste aux éleveurs pour signaler les dégâts de renard occasionnés dans les élevages. En effet, une commission doit se prononcer sur le statut des espèces au printemps 2022. De ce fait, il est important de faire remonter aux fédérations de chasse les dommages occasionnés. Car, sans contre argument, il est probable que l’administration ne prenne pas de risque face à une minorité qui souhaite son retrait de la liste des Esod et qui, l’ayant déjà prouvé, est prête à saisir le tribunal administratif.

 

Il est possible de réaliser la déclaration en ligne sur : https:// www.chasseurducentrevaldeloire. fr/fdc37/news/declaration- de-dommages-causes-parla- faune-sauvage/. Pour rappel, cette déclaration n’ouvre à ce jour aucun droit à indemnisation. Elle permet par contre de revendiquer collectivement des méthodes de régulation légales pour les espèces citées.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Un projet amené à grandir à Abilly

Céréalier à Abilly, Bernard Limouzin s’est lancé dans un ambitieux projet d’agroforesterie il y a deux ans.

Publicité