Aller au contenu principal

ASSURER LA RATION DE SON TROUPEAU

A défaut d’avoir un forage efficace et disposant d’un site proche d’une rivière à faible débit, les associés du Gaec Raguin ont fait le choix de la retenue collinaire pour nourrir leur troupeau laitier.

Six années auront été nécessaires aux associés du Gaec Raguin pour mener à bien leur projet de retenue collinaire

En 2010, l’augmentation du nombre d’associés du Gaec Raguin a poussé les éle veurs à engager une réflexion au sujet de l’irrigation. « Nous voulions subvenir aux besoins du troupeau suite à l’arrivée de Yohan et de sa femme », se sou vient Denis Raguin. La volonté de moins subir la redondance des aléas climatiques a également participé à la réflexion.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Plan loup : l’Indre-et-Loire passe en zone de veille

Qu’on se rassure ! Aucun loup n’a été observé dans le département récemment.

Cas de force majeure, mode d’emploi

 Pour éviter de perdre l’accès aux aides Pac, en plus des pertes de marges liées aux excès de pluie, les exploitants concernés doivent faire v

Frelons asiatiques : c’est maintenant qu’il faut piéger !

La reine est la cible à atteindre en cette saison.

DES CLÔTURES PERMANENTES POUR GAGNER DU TEMPS

Alexandre Carrion, éleveur charolais à Briantes dans l’Indre, est utilisateur de clôture fixe sur son exploitation.

LA FERTILISATION PK : UN POSTE À NE PAS SOUS-ESTIMER

Pour faire face aux sécheresses, au manque de fourrage l’été, il est nécessaire de viser un volume de qualité lors des fauches de printemps.

Des sangsues et des étangs

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, la sangsue était très prisée par la médecine.

Publicité