Aller au contenu principal

Vie des appellations
Bourgueil is back

La grande appellation de l’Ouest tourangeau travaille son image de marque à force d’évènements de qualité. Parallèlement à sa montée en gamme, bourgueil amorce l’introduction en douceur du cépage chenin, couvant l’espoir de l’introduire à l’horizon 2030 dans son décret d’appellation.

Quatre cents adultes et enfants sont venus au clos de l’Abbaye à Bourgueil samedi 28 juillet pour assister au premier concours de labour de vignes avec des chevaux (8 participants). Un beau succès initié par Hervé Ménard, vigneron du cru, à la tête d’un domaine de 7 ha cultivé avec des chevaux. Pour Alexis Caraux, directeur de l’ODG bourgueil organisatrice du concours, « cet évènement vise à transmettre aux nouvelles générations ce savoir-faire ancestral respectueux de l’environnement qu’est la force de traction animale. » Mais cette épreuve grand public porteuse d’une image valorisante pour l’appellation reflète une réalité : la culture biologique d’un quart de la surface des vignes de l’appellation. Et si toutes les exploitations bio ne sont pas cultivées avec des chevaux, loin s’en faut, elles expriment une tendance forte et le souhait de produire un vin au plus proche de la nature. Une question d’environnement mais de promotion aussi. « Paradoxalement, le gel 2016 a donné de la vigueur au projets collectifs à commencer par la lutte anti-gel », soulignent les responsables de l’appellation. Une centaine d’hectares va bénéficier d’une couverture par aspersion dans le cadre d’une Cuma ; des tours à vent et des retenues complètent le dispositif. Mais ce n’est qu’une facette de la dynamique retrouvée.

Un duumvirat aux commandes

L’AOP bourgueil a pris en main depuis longtemps sa promotion. Après avoir marqué le pas quelques mois entre deux directeurs, l’ODG a remis en marche de nombreux projets. C’est un duumvirat qui a pris la tête du syndicat pour quelques mois et met en oeuvre les projets, avec l’appui d’Alexis Caraux et de Noémie Régnier, son assistante. Suite à la démission de Philippe Boucard, désireux de se concentrer sur son domaine, Philippine Delachaux et Bertrand Galbrun, les deux vice-présidents de l’ODG, assument sa présidence en attendant les prochaines élections. Un intérim bien rempli puisqu’après l’ouverture réussie d’une seconde maison des vins *, cette fois à Langeais, l’appellation va mettre en valeur son ancrage à l’ombre d’un des plus prestigieux châteaux de la Loire, pour organiser en octobre des ventes privées de cuvées prestigieuses. C’est aussi à l’automne prochain que se tiendront les premières rencontres avec des associations de sommeliers. A tout seigneur, tout honneur, le bal des millésimes d’anthologie s’ouvrira le 29 octobre avec l’association des sommeliers du Val de Loire. L’idée d’un conservatoire des beaux millésimes a germé dans la foulée et complète la stratégie de présenter des vins hauts de gamme aux prescripteurs professionnels. Les vignerons de bourgueil sont invités à enrichir le conservatoire, chacun d’un lot de 50 « belles » bouteilles. Le conservatoire prendra ses quartiers dans la fraîcheur constante des caves de Grand Monts, haut lieu de l’appellation.

Une goutte de blanc en mer rouge

Un troisième projet de « maison des vins » est lancé, virtuel cette fois, puisqu’il s’agit d’une refonte du site internet de l’appellation. Une boutique en ligne considérée par ses promoteurs comme une véritable maison des vins ouverte sur le monde. Autres projets, le salon des vins de Loire 2019, Prowein et la participation au menu unique de l’appellation dans le cadre de Tours Cité de la gastronomie sont aussi au programme des mois à venir. A Angers en février prochain, bourgueil aspire à reconduire la formule de restauration sur site conjointe à sa consoeur de la rive gauche, montlouissur- Loire, en proposant des accords mets-vins et une belle carte rouges et blancs. Un blanc qui ne laisse d’ailleurs pas les Bourgueillois indifférents. Désireuse d’élargir son offre et de profiter de la renommée du chenin ligérien, l’AOP bourgueil ambitionne d’apposer son sceau aussi sur des chenins secs tranquilles. Le processus démarre. Les premières cuvées conséquentes sont espérées dans les cinq ans en vins de France ou en IGP, mais il faudra attendre 15 à 20 ans pour déguster les premiers vins estampillés bourgueil blancs. La plantation est encouragée sur des terroirs propices mais sans classement parcellaire. « L’ODG fait confiance au choix des viticulteurs. Nous souhaitons avant tout qu’ils plantent pour atteindre un volume conséquent et faire valoir la qualité des vins produits auprès de l’Inao » confient les vice-présidents. Blanc comme rouge, Philippine Delachaux et Bertrand Galbrun souhaitent une montée en gamme des deux couleurs avec à la clef une amélioration du revenu des vignerons. « C’est nécessaire pour assurer le renouvellement des générations. Avec un prix de l’hectare entre 25 et 30 k€, il y a de la place pour des jeunes ici. » 

* La première maison des vins de Bourgueil est installée dans la maison natale de l’acteur Jean Carmet.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

« L’aventure du vivant » à Loches
 En partenariat avec l’Anefa notamment, le camion de L’aventure du vivant a fait une halte à Loches cette semaine, pour assurer la promotion des métie
Stéphane Linou et Marc Fesneau évoquent l’enjeu local de la « résilience alimentaire »
De nombreux élus ont participé le 22 septembre à une conférence-débat consacrée à la résilience alimentaire des territoires, liée à la sécurité intéri
Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
AEB INVESTIT LE MARCHÉ AGRICOLE
Les 71 millions d’euros de CA réalisés par l’entreprise AEB sont majoritairement issus du monde du BTP.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Un beau potentiel mais un profil microbiologique délicat
On se dirige vers un millésime hors normes, très prometteur.
Publicité