Aller au contenu principal

Vergers
Compétitifs grâce à l’action collective

Si malgré les crises économiques et la vive concurrence, le verger du nord touraine est toujours compétitif, il le doit à la qualité de son terroir et aussi à celle des hommes

Les exploitations moins nombreuses sont plus grandes. « Nous avons réussi à maintenir une surface plantée stable, autour de 1 500 ha de vergers sur l’ensemble du bassin de production nord Indre-et-Loire et en sud Sarthe voisin », se réjouit Sébastien Delareux. Ça n’est pas tombé du ciel, deux générations de pommiculteurs ont su créer les conditions d’une pérennisation des infrastructures. De longue date, les gars de St Aubin-le-Dépeint et alentours ont construit des collectifs pour vendre et pour moderniser leur outil tout en mutualisant leurs coûts. Gerfruit, Renaissance, Natur’Pom sont autant d’organisations de producteurs leur permettant d’accéder groupés et en cohérence de prix au marché. Historiquement exclus du filet protecteur de la Pac, les arbos en prise directe avec l’économie ont souvent encaissé les coups et beaucoup sont restés au tapis. Quand les cours stagnent au plancher voire à la cave, les erreurs se sont toujours payées cash. Ce contexte a forgé une mentalité autour du collectif, d’autant plus facile à mettre en oeuvre qu’il s’agit pour l’essentiel d’un marché de masse souvent lointain. Quand on vend à Leclerc, Carrefour ou sur l’Angleterre, la concurrence entre voisins à tendance à se délayer. Natur’ Pom par exemple vend la production de neuf arboriculteurs cultivant 210 ha, pour une mise en marché commune de 12 000 t. par an.

L’impossible suppression du TO-DE

Individuellement, les producteurs s’adaptent en renouvelant l’offre variétale. « Nous plantons pour 20 ans alors, dans le choix des variétés comme dans celui de la conduite de l’arbre, mieux vaut viser juste car à chaque hectare planté j’investis 50 000€ », explique Sébastien Delareux, président de l’OP Natur’ Pom. Après Golden, Canada, Granny et Braeburn, les pommes en vogue, toutes bicolores, se nomment Gala, Pink-Lady, Choupette et Jazz. De nombreuses variétés sont produites uniquement dans le cadre de clubs avec un droit d’entrée élevé. Mais c’est souvent incontournable pour accéder aux marchés GMS. Curieusement cette année, c’est la Golden qui nous a offert le meilleur prix en début de campagne. Comme quoi… ! » La pression pour réduire les produits phytos se fait aussi sentir pour le choix des variétés. Si peu de producteurs ont muté vers la conduite bio, beaucoup s’intéressent aux pommes résistantes aux tavelures, comme Opale et Ariane, encore peu connues du public. La formule d’une transition partielle vers la production bio séduit Sébastien Delareux. « Mais ça implique des coûts de main d’oeuvre supplémentaires au moment où l’on nous supprime la déduction fiscale pour les travailleurs occasionnels. Cette décision, qui me coûte 140 000 €/an, ramènera mon résultat moyen en dessous de zéro. Chez moi, j’emploie 20 équivalents temps plein, la fin du TO-DE menace tout ce que l’on construit ici. Si les pouvoirs publics ne nous entendent, ça fera 1 500 chômeurs sur le secteur que l’on devra remplacer par des robots ! »

(1) Ultra low oxygène (taux d’oxygène minimal)  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignes et vergers : un millésime cueilli au nid par le gel
Comme à chaque fois, il est encore un peu tôt cette fin de semaine pour avoir un bilan précis des dégâts de gel.
La patate douce, une culture pas si simple
La patate douce a le vent en poupe, elle est très demandée par les consommateurs et les jardiniers sont de plus en plus nombreux à l’inviter a
Un enjambeur électrique autonome en test depuis 2 ans à Quincy
Un robot viticole électrique est en expérimentation dans le vignoble de Quincy dans le Cher pour les travaux du sol. Les vig
ZNT riverains : les jachères mellifères SIE, un levier avantageux
La jachère mellifère peut représenter une solution intéressante pour valoriser les zones de non-traitement.
Maïs fourrage : les engrais de ferme limitent les coûts de production
Utilisés à bon escient, les engrais de ferme, fumiers et lisiers, sont très bien valorisés par le maïs fourrage.
Irrigation : un structurateur d'eau en sortie de forage
Réorganiser la molécule d’eau d’irrigation et la rendre plus assimilable, bienfaisante pour les plantes cultivées, c’est le crédo des fabrican
Publicité