Aller au contenu principal

Prestation de service mobile
Coupe de bois à domicile !

Transporter son bois jusqu’à une scierie pour le faire couper puis le ramener peut représenter une logistique contraignante, notamment pour les particuliers ayant peu de volume. Dans ces cas-là, la prestation de scierie mobile, comme celle que propose Stéphane Beaumard, est toute indiquée.

À La Chapelle-sur-Loire, Stéphane Beaumard propose un service peu répandu : des prestations de scierie mobile.

 

Certains le connaissent depuis de nombreuses années puisqu’il a entamé cette activité en 2005. « La propriété où je travaillais avant comme garde-forestier faisait appel à une personne qui avait une scierie mobile, raconte-t-il. Je suis tombé amoureux de cette machine, raconte-t-il. Au départ en retraite de ce monsieur en 2005, je me suis lancé ; je lui ai racheté sa machine et j’ai repris une partie de ses clients ».

 

Mais dans un contexte de baisse d’activité, Stéphane Beaumard avait préféré changer d’orientation en 2013… ce qui n’a pas empêché ses premières amours de le rattraper. Le professionnel du bois propose ainsi à nouveau ses services de scierie mobile « SMB » depuis juin 2019.

 

Des troncs de 80 cm de diamètre maximum

Il se déplace avec sa machine mobile Wood-Mizer installée sur un châssis, attelée à son 4 x 4. La machine est installée et prête en vingt minutes, une fois sur site. Le terrain doit être plat et pas trop meuble. Un système hydraulique avec deux fourches monte les billes, qui doivent être disposées dans le bon sens pour commencer à couper par la tête du tronc, partie plus tendre.

 

« Je découpe des troncs de 80 cm de diamètre maximum. En longueur, c’est 6,10 m maximum, ou 8,5 m avec la rallonge », précise Stéphane Beaumard. En 2009, il a même découpé les planches pour la construction de l’embarcation des bateliers de Beaumont-en-Véron ; un aménagement avait été nécessaire pour obtenir des planches de 15 m de long. Il a réitéré l’expérience pour les bateliers de la Chapelle-sur-Loire, avec des planches de 11 m.

 

L’entrepreneur se déplace à partir de 4 m3 de bois minimum. L’aspect mobile de son activité est un véritable atout pour les clients. « Je peux m’installer directement en forêt, sous un hangar, dans une cour de ferme... Ça leur évite de transporter la matière à la scierie puis de la ramener chez eux. Je coupe chez eux, et les clients peuvent stocker directement ».

 

Le professionnel ne prend en charge que le sciage, la présence de deux personnes sur place est donc indispensable pour manipuler les billes, avec un matériel de levage.

 

Des clients particuliers et professionnels

Sa clientèle se compose de particuliers, mais aussi de professionnels : « des menuisiers, des charpentiers, et des particuliers bricoleurs qui ont du bois et veulent le valoriser autrement que pour le chauffage. » Il peut ainsi transformer les billes en planches, bastaings, poutres, pannes pour les charpentes… aux dimensions demandées. « Les pièces serviront à construire des charpentes, des meubles, un bardage extérieur, une terrasse, serviront de linteaux, de poutres pour la cheminée… », illustre Stéphane.

 

Avec sa machine, il intervient dans tout le département d’Indre-et-Loire, dans le Berry, et peut être amené à aller plus loin pour des chantiers importants. « Quand les clients ont peu de bois à scier, je leur demande s’ils n’ont pas des voisins qui en auraient aussi et seraient intéressés. Alors souvent, les gens se regroupent », complète-t-il.

 

La prestation est tarifée au m3 et selon l’épaisseur demandée, qui demande plus ou moins de temps. Du côté de l’entretien de sa machine, le professionnel affute les lames après chaque utilisation, « il faut compter 1 heure d’entretien le soir après un gros chantier ».

 

Les espaces verts en activité complémentaire

Pour compléter sa gamme de services, Stéphane Beaumard propose des prestations en espaces verts, à destination des particuliers et des professionnels. Entretien de haies, élagage avec nacelle, débroussaillage, tronçonnage, tonte, abattage, défrichage, broyage de végétaux, coupe de bois de chauffage... « J’alterne le sciage avec les espaces verts, explique-t-il. C’est une activité complémentaire qui permet de varier le travail, sachant que le sciage est physique. » L’entrepreneur projette d’obtenir l’agrément « services à la personne » pour la partie espaces verts, afin de faire bénéficier ses clients particuliers du crédit d’impôt afférent.

 

Stéphane Baumard a également commencé à vendre des contenants carrés en bois taillés sur mesure, pouvant servir de carrés potagers sur pieds ou de bacs à fleurs. Il compte développer ce débouché. Acteur de son territoire, il participe à des fêtes locales, à travers des démonstrations de sciage ; un moyen de « créer un lien de clientèle et de faire connaître mon activité ».

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comment prévenir et guérir les diarrhées du veau ?

Les diarrhées sont courantes chez les veaux et ont des origines diverses. Quelques conseils pour les prévenir et les guérir.

Lancement d’un groupe d’évaluation pour la loi Egalim en restauration collective

Un groupe de travail a été lancé pour évaluer l’application de la loi Egalim en restauration collective dans

Soigner la phase lactée, déterminante pour la carrière laitière des animaux

 Le plan lacté ne doit pas être piloté au hasard pour assurer une bonne productivité des animaux plus tard.

Gérer l’immunité des veaux pour une bonne productivité

 Les deux premiers mois de vie du veau sont déterminants pour sa future carrière laitière.

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Alice Courçon : un esprit sain dans un corps sain !

Avant de reprendre une exploitation caprine, Alice Courçon a choisi de travailler dans différentes fermes, puis de réaliser un stage de parrainage

Publicité