Aller au contenu principal

Dégâts de gibier : le barème d’indemnisation des cultures d’automne est sorti

Les membres de la Commission départementale de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) se sont réunis le 2 décembre pour fi xer les prix d’indemnisation des dégâts de gibier sur les cultures de maïs, de tournesol, de sorgho et de millet.

Les prix des cultures d’automne pour l’indemnisation des dégâts de gibier sont désormais connus (voir tableau ci-contre).

 

Pour l’Indre-et-Loire, en tenant compte du marché et des prix pratiqués avec les négociants, le prix du maïs grain a été fixé à 195 €/tonne, les frais de séchage étant déduits.

 

Par ailleurs, c’est au prix de 532 €/tonne que les agriculteurs ayant subi et déclaré des dégâts de gibier sur tournesol pourront être indemnisés.

 

Pour le sorgho, à défaut de barème national, la CDCFS a fixé l’indemnisation de cette production à 188 €/tonne, suivant les données du marché local. Enfin, les pommes, quelle que soit la variété, seront quant à elles indemnisées à hauteur de 0,45 euro/kilo.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Quelles perspectives économiques pour les systèmes grandes cultures ?

Que se passerait-il en cas de baisse des cours de cultures bio de 20 % ? Et en cas de retour aux prix de 2020 ?

« La rampe avec enrouleur valorise mieux l'eau que le canon »

En s’équipant de trois rampes traînées pour remplacer ses canons, Sébastien Pichard, agriculteur en Eure-et-Loir, a amélioré l’efficacité de l’irri

La situation semble sous contrôle pour l'instant

Au vu du printemps exceptionnellement pluvieux, les viticulteurs redoutaient l’explosion de maladies fongiques, notamment du mildiou, surtout après

De la technique pour contrer les aléas météo

Pas moins de 350 adhérents de Centre Ouest Céréales ont visité la plateforme d’essais conduite par la coopérative, le 30 mai.

Gestion des adventices : multiplier les leviers pour plus d’efficacité

Impliqué dès le départ dans la co-conception des systèmes de culture mis en place sur la plateforme Syppre Berry, Matthieu Jeanneau fait également

Explications sur la dérogation cas de force majeure

La reconnaissance du cas de force majeure pour les cultures de début de printemps va permettre que toutes les parcelles soient primables, mêmes cel

Publicité