Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Elections chambre d'agriculture
« Il faut absolument assurer la relève agricole »

Renouvellement des générations, préservation des terres agricoles, bien-être des exploitants sont quelques-uns des thèmes qui tiennent à coeur à Nicolas Meyer, candidat au collège des anciens de la chambre d'agrculture.

Même en retraite, Nicolas Meyer continue à apporter son soutien au monde agricole. Curieux des nouveautés et des évolutions, il tient à « rester dans la course ».

Qui êtes-vous ?

J’ai été exploitant agricole de 1979 à 2012, en polyculture élevage. J’avais des moutons, puis me suis orienté vers les bovins viande, avec 115 hectares dont beaucoup de prairies. Et j’ai élevé aussi quelques sangliers et cervidés. J’habite là où je suis né, à Langeais. J’ai repris la suite de mon père, après avoir fait des études en sciences politiques, et travaillé à Paris. Je savais que je reviendrais ici ! Après une formation adulte à Fondettes, je me suis installé en 1979, quand mon père a pris sa retraite. Aujourd’hui, à 71 ans, j’ai toujours quelques animaux et quelques hectares de céréales pour les nourrir.

Quelles sont vos motivations pour vous présenter au collège anciens de la chambre d’agriculture ?

On m’a proposé d’être candidat et j’ai accepté. Je suis déjà président de l’échelon local de la MSA. On organise des réunions de travail, des journées sanitaires, des actions dans les communes sur le mal-être. Suite à une réunion sur le stress, on a organisé des réunions sur la méditation, le yoga du rire. Je m’intéresse à tous les sujets du monde agricole, aux nouveautés, alors j’ai dit oui pour candidater à la chambre. Aussi parce que je soutiens les actions de l’UDSEA depuis longtemps. J’ai d’ailleurs été président communal.

Quelles problématiques agricoles importantes vous viennent à l’esprit ?

Il faut absolument assurer la relève agricole et maintenir une vie dans nos campagnes. La transmission est un vrai problème aujourd’hui, il y a de moins en moins d’agriculteurs, et surtout d’éleveurs ; on doit préparer les cessions d’exploitations. J’ai envie de voir tout ça s’améliorer. Moi j’ai travaillé avec la même surface pendant 35 ans, mais je sais qu’aujourd’hui, pour un élevage, c’est compliqué. Il y a des terres ici, mais ce ne sont pas des terres à céréales, alors à qui va-t-on les louer demain ? Et comment le paysage sera-t-il entretenu ? Il faut soutenir l’élevage. Et trop de terres agricoles disparaissent, elles doivent être protégées.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5.40€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
FNSEA + JA confirment leur position majoritaire
Les résultats définitifs sont désormais connus depuis le 8 février au soir.
Vignette
Comprendre les paiements Pac
Les montants définitifs des aides couplées animales sont connus.
Vignette
Les fresques, ces œuvres qui traversent le temps
Les fresques transmettent des messages spirituels ou profanes peints par des artistes médiévaux inspirés par l’Antiquité.
Vignette
L'art du jardin japonais révélé à Maulévrier
Le plus grand jardin japonais d’Europe est planté à deux petites heures de la Touraine.
Vignette
L’arbre : un forestier qui aime les champs
 Des arbres au milieu du blé, une hérésie ? Ça n’a pas toujours été le cas…
Vignette
Agroécologie: et si la France passait à côté de l'essentiel?
Ancien chercheur du Cirad, fils de paysan, Lucien Séguy s’est taillé une solide réputation à force d’observation et d’expérimentation sous tou
Publicité