Aller au contenu principal

Maraîchage
Il n'y a pas d'âge pour s'installer !

Depuis toujours salariée dans le domaine agricole, Anne-Marie Serrault s’est installée à 47 ans en maraîchage au sud de l’agglomération tourangelle.

« En discutant avec mon entourage, je me suis aperçue qu’il y avait de la demande pour des légumes de saison et en circuits courts sur le sud de Tours, affirme Anne- Marie Serrault. Mes parents disposaient d’une petite ferme à Joué-les-Tours et, au décès de ma maman l’an passé, j’ai fait le pari de la reprendre et la transformer en production maraîchère. J’ai récupéré les terres, les bâtiments et j’ai franchi le pas. »

 

Pour limiter le temps de récolte, Anne-Marie fait le choix de la cueillette en libre-service. « Outre le gain de temps, cela me permet d’étaler les investissements car à ce jour je ne dispose pas de chambre froide et je n’ai pas encore de point de vente digne de ce nom », précise-telle. Et de fait, les plantations ont débuté en mars 2022 pour une ouverture au public fin mai.

 

L’agricultrice propose une vingtaine de légumes sur ses 1,8 hectare de pleins champs auxquels s’ajoutent les 1 700 m² de serres. Elle fait le choix de travailler seule. « Les journées étaient harassantes au début car il fallait tout mettre en place, l’installation des serres, du système d’irrigation etc. Aujourd’hui je suis plus sereine, j’arrive à un rythme de croisière plus agréable. » Dès le début, elle fait le choix également de la production raisonnée. « Je ressens une diminution de la demande en légumes biologiques », argumente la jeune installée. « Les gens veulent surtout du local. Et puis en production bio, le temps de travail est considérable et les prix qui en découlent ne conviennent pas à tout le monde. »

 

Malgré la jeune existence de l’entreprise, des clients devenus fidèles viennent chaque semaine récolter eux-mêmes leurs légumes. « Aujourd’hui j’ai environ 110 à 120 personnes qui font le déplacement chaque semaine. » L’agricultrice a dû investir pour réussir la transformation de la ferme familiale. « La mise en place de la serre et du forage furent les investissements les plus importants. S’ajoutent à cela le terrassement du parking et la mise en place du réseau d’irrigation. » Elle prévoit une fermeture d’activité début novembre, « là où les légumes se feront plus rares et le sol probablement boueux », sourit-elle.

 

Le Potager jocondien, route de Veigné à Joué-lès-Tours. Ouvert les mercredis, vendredis et samedis de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 19 h.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Moisson : des volumes à la peine en terres légères
De façon globale, l’année n’est pas mauvaise avec toutefois des écarts significatifs de rendements, y compris au sein d’une même exploitation.
Peut-on se passer du glyphosate en agriculture de conservation des sols ?
Une rotation des cultures bien pensée et des couverts d’intercultures efficaces semblent les leviers indispensables à la gestion de l’enherbem
Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Publicité