Aller au contenu principal

Adventices et ravageurs : des solutions techniques pour les cultures bio

Lors d’un webinaire organisé par le CTIFL et l’Itab, de multiples intervenants ont détaillé des solutions agronomiques afin de s’affranchir, autant que faire se peut, des ravageurs et adventices.

L’agriculture biologique se développe depuis longtemps en maraîchage. Ainsi, 33 000 ha de légumes sont certifiés bio en France en 2019, soit 7,8 % de la surface.

78 % des légumes bio que l’on retrouve à la vente sont français, et la croissance du marché est à deux chiffres. Si l’engouement ne faiblit pas, la pression de certains adventices et ravageurs non plus.

 

COMBINER LES MOYENS

La gestion des adventices, dans de nombreuses parcelles bio, relève parfois du véritable casse-tête. C’est pourquoi le CTIFL et l’Itab ont organisé un webinaire portant sur les techniques culturales en maraîchage biologique, afin de tendre vers une gestion agroécologique. Certains adventices peuvent même avoir un rôle de fertilisation, de plante-hôte ou encore de bio-indicateur. « Pour repérer de la compaction sur sa parcelle, la présence de matricaire, de plantain ou de chardon peut nous renseigner », dévoile Mathieu Conseil, de l’Itab.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Il n'y a pas d'âge pour s'installer !
Depuis toujours salariée dans le domaine agricole, Anne-Marie Serrault s’est installée à 47 ans en maraîchage au sud de l’agglomération touran
Moisson : des volumes à la peine en terres légères
De façon globale, l’année n’est pas mauvaise avec toutefois des écarts significatifs de rendements, y compris au sein d’une même exploitation.
Peut-on se passer du glyphosate en agriculture de conservation des sols ?
Une rotation des cultures bien pensée et des couverts d’intercultures efficaces semblent les leviers indispensables à la gestion de l’enherbem
Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Publicité