Aller au contenu principal

La DEP : pour lisser la fiscalité et gérer les risques

Remplaçante de la déduction pour aléas (DPA), la déduction pour épargne de précaution (DEP) affiche son ambition. Son objectif est d’inciter fiscalement les exploitants à constituer d’eux-mêmes une épargne et ainsi se préparer aux années défavorables

Sécheresses, excès d’eau estivaux, marchés financiers, trésoreries… Nombreux sont les facteurs de variation d’une exploitation agricole au XXIe siècle. Après la faible utilisation des précédents outils (DPI, DPA), principalement en raison d’un manque de liberté dans l’utilisation, la DEP apparaît aujourd’hui comme un très bon outil de gestion des risques et de lissage de la fiscalité. Concrètement, elle consiste à déduire une somme du bénéfice imposable, et à constituer une épargne monétaire (sur un compte courant), comprise entre 50 et 100 % du montant de la déduction pratiquée. Cette déduction doit être réalisée dans les six mois suivant la clôture de l’exercice comptable. Elle est à pratiquer avec deux limites : un plafond annuel fonction du bénéfice et un plafond global de 150 000 € (cumul des DEP pratiquées). Elle est par ailleurs soumise au plafonnement des aides de minimis*.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Explications sur la dérogation cas de force majeure

La reconnaissance du cas de force majeure pour les cultures de début de printemps va permettre que toutes les parcelles soient primables, mêmes cel

Comment déclarer les accidents de culture ?

Les accidents de cultures de plus de 10 ares doivent être signalés.

L’ACS appliquée à la bio

Frédéric Barbot, agriculteur en Sud Touraine, témoigne de son expérience dans la pratique de l’agriculture biologique de conservation des sols.

Comment répondre à un marché public ?

Comment procéder pour fournir la restauration collective ?

Comment s’approvisionner localement ?

Dans le cadre du plan alimentaire départemental, la chambre d’agriculture 37 a informé les acteurs de la restauration collective sur les diffé

Pourquoi chauler, comment et avec quoi ?

 Qu’ils soient d’entretien ou de redressement, les apports calciques sont essentiels à la vie du sol et donc à la production.

Publicité