Aller au contenu principal

La FNSEA fête ses 75 ans

C’est dans la nuit du 13 au 14 mars 1946 que la FNSEA a tenu son congrès constitutif. Trois quarts de siècle plus tard, ce syndicat agricole qui a accompagné toutes les réformes françaises et européennes reste un acteur incontournable de la vie syndicale agricole nationale et européenne. Retour historique sur ces journées qui ont vu naître une institution ancrée dans le paysage économique et social français.

En ce mois de mars 1946, les Français sortent d’une guerre qui a marqué les corps et les esprits. Le pays est exsangue et peine à nourrir sa population. Les cartes de rationnement (lait, sucre, pain, viande…) auront d’ailleurs cours jusqu’en 1949/1950, le temps que la production agricole retrouve ses rendements d’avant-guerre.

 

La France se reconstruit petit à petit, car la tâche est immense. Elle solde ses comptes avec le régime de Vichy. Les journaux, souvent réduits à un recto-verso par manque de papier, titrent sur les procès de la collaboration, sur celui de Nuremberg, du docteur Petiot qui défrayent alors la chronique. Ils titrent aussi sur la liberté de la presse et le ravitaillement en blé tant attendu. « Il faudra avoir recours à des cargos américains pour amener en France le blé cédé par l’URSS », titre le quotidien Combat du 19 mars 1946. Car la récolte en 1945 en France a été la plus faible enregistrée depuis vingt ans : seulement 43 millions de quintaux. Les besoins d’importation ont été évalués à plus de 27 Mq, indique le même quotidien.

 

Les journaux s’intéressent aussi au congrès de la Confédération générale de l’agriculture (CGA) qui, le 12 octobre 1944, a officiellement pris le relais de la Corporation paysanne, dissoute par le Gouvernement provisoire de la République française.

 

SERMENT DE L’UNITÉ PAYSANNE

Le 8 juin 1945, la liberté syndicale est rétablie mais quatre mois plus tard, jour pour jour, le 8 octobre, le gouvernement s’empresse de restreindre cette liberté pour les syndicats agricoles. Ils se retrouvent même exclus du droit commun. Il faut attendre la loi du 12 mars 1946 pour que les syndicats agricoles puissent se créer. Ce que fait la FNSEA, le 13 mars, alors même que la CGA se réunit le 13 mars à la porte de Versailles.

 

Pour reconquérir une souveraineté alimentaire qui ne dit pas encore son nom, pour assurer l’autosuffisance d’une population française en proie à la sous-alimentation et à la malnutrition, les agriculteurs, sous la houlette de leur tout premier président, Eugène Forget, font le serment à mains levées de l’unité paysanne. « Je fais le serment de l’unité paysanne ! Je fais le serment que plus jamais chez nous on ne pourra exercer en même temps un mandat syndical et un mandat politique », lance Eugène Forget.

 

Ce militant du MRP (Mouvement républicain populaire) entend incarner la famille paysanne, une famille plurielle (exploitants, salariés agricoles, techniciens, coopératives… tout cela réuni au sein de la CGA), qui doit se rassembler et non se déchirer et régler ses comptes en ces temps de reconstruction. Il faudra cependant plusieurs tours de scrutin avant que les délégués paysans de France ne s’entendent pour lui confier le soin de « sauver la paysannerie » et transcender les conflits d’intérêts entre les grandes cultures et l’élevage, entre les bailleurs et les fermiers, entre l’agriculture de plaine et celle de montagne.

 

L’HEURE DE L’INDÉPENDANCE

Les statuts de la FNSEA donnent droit de cité aux associations spécialisées qui « doivent agir dans le cadre des directives de la politique générale agricole arrêtée par la FNSEA ». A cette époque, la FNSEA est partie intégrante de la CGA.

 

Il faut attendre le deuxième congrès, en 1947, pour que les velléités d’indépendance commencent à s’afficher. Le rapport moral adopté demande qu’une distinction soit faite entre la CGA et la FNSEA, « distinction dans leur nature et dans leur rôle, ayant pour conséquences une répartition précise des attributions et une organisation interne des services assurant à la FNSEA sa pleine indépendance sur un plan fédéral ». La crise dure jusqu’en 1953, date de la séparation définitive, la CGA ne devenant plus qu’un organe de coordination.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Contrôle phyto en cours
Attention, la mise en oeuvre des ZNT riverain et points d’eau sera vérifiée pour la première fois cette année.
Méthanisation : « ll faut monter un projet à son image »
Les méthaniseurs de France se sont réunis dans le Lochois les 28 et 29 septembre.
Gaz et azote : les niveaux de prix suscitent de vives inquiétudes
Les agriculteurs, non protégés par un bouclier tarifaire, ont ressenti en premier les conséquences de la flambée des prix du gaz et demandé la
Les actions de Solaal saluées par François Hollande
François Hollande, président de la fondation « La France s’engage », est venu en Indre-et-Loire participer à l’une des actions solidaires orga
A Preuilly, un potager en partage
A Preuilly-sur-Claise, les habitants disposent depuis 2016 d’un espace collectif devenu un jardin partagé.
Pour une meilleure régulation du marché foncier
Avec sa proposition de loi foncière, le député Jean-Bernard Sempastous entend réguler le marché foncier et protéger les installations des jeun
Publicité