Aller au contenu principal

Les Olympiades des métiers, de futurs pros en compétition

Donner la possibilité aux jeunes étudiants ou apprentis de mesurer leurs compétences et leurs savoir-faire en aménagements paysagers et en maintenance des matériels est l’objectif des Olympiades des métiers. Outre la satisfaction personnelle qu’ils en tirent, concourir est un bel atout à mettre sur son CV.

“ Les Olympiades des métiers, appelées maintenant Worldskills compétition, sont une vitrine des métiers et une valorisation de la jeunesse de notre pays, mais aussi de tous les pays à travers leurs compétences, leurs savoir-faire, leurs valeurs humaines », précise Pascal Basset, un des organisateurs de cette compétition au niveau régional. Elles se déroulaient au lycée agricole de Bourges-le Subdray, le 17 novembre. Ce concours de haut niveau s’adressait aux étudiants, aux apprentis ayant vingt-trois ans maximum, en filières aménagement du paysage et maintenance des matériels. Le gagnant est appelé à participer au niveau national, voire international, en cas de victoire. Participer à cette compétition, la 47e en 2022, est une grande satisfaction personnelle et valorisant sur un CV. Les étudiants, volontaires de chaque établissement agricole de la région, concourraient en binôme. Cette année, ils étaient six pour l’option aménagement paysager. La partie se jouait en solo pour les apprentis, pour l’option maintenance des matériels.

RÉALISER UN PARTERRE PAYSAGER

En aménagement paysager, les candidats devaient exécuter un parterre d’ornement, avec une terrasse bois, de 4 m x 4 m, en huit heures. « L’épreuve permet de mettre en pratique tout ce que représente le métier de paysagiste et les techniques apprises par les apprentis », détaille Sébastien Leroy, chef d’entreprise services à la personne à Amboise (37). Le sujet était imposé. Les candidats en avaient pris connaissance et l’avaient travaillé en cours ou chez leur maître d’apprentissage trois mois avant le jour J. Les matériaux étaient fournis : sable, dallage, ciment, bois, gazon, végétaux... jusqu’au nombre exact de vis ! Les jeunes avaient juste à apporter leurs propres outils, figurant sur une liste. Le matériel électrique était interdit, sauf l’indispensable visseuse-dévisseuse. Les apprenants ont été évalués selon différents critères. « Tout d’abord, nous regardons l’organisation du chantier, l’utilisation du matériel, la propreté de l’exécution, le respect de la sécurité avec notamment le port des équipements de protection individuelle, le suivi et le tri des déchets et bien sûr, l’esthétique du rendu final », évoque le jury. L’altimétrie et la planéité du projet sont aussi jugés, sachant qu’une marge d’erreur de seulement 6 mm est tolérable. Ce qui nécessite de démarrer son chantier sur de bonnes bases à défaut de quoi le résultat peut faillir. « Nous demandons de la rigueur. Par exemple pour la terrasse, la découpe des planches doit se faire à la scie manuelle, la jardinière en béton doit être d’équerre, les joints doivent être alignés et propres. Enfin, le jury peut apporter sa note subjective en fonction de la créativité, de la touche personnelle du jeune compétiteur. C’est surprenant ce que l’apprenti peut réaliser en quelques heures », souligne Sébastien Leroy.

TROUVER ET RÉSOUDRE LA PANNE TECHNIQUE

En maintenance de matériels, la même attention était portée sur les candidats. Diagnostic d’un système de dépollution, d’un système d’avancement d’un élévateur et d’un démarreur sur un auto-porté, mise en route d’un semoir nouvelle génération et une speed épreuve (qui porte sur la vérification de mesures sur pièces mécaniques) constituaient les principales épreuves, le tout en six heures chrono. « Nous jugeons l’application de leurs connaissances, leurs capacités à cibler les divers fonctionnements techniques et technologiques », expose Eric Touzet, également attentif aux postures, à la sécurité (EPI, bouchons d’oreilles…), à la polyvalence et à la concentration du concurrent. « Le jeune se retrouve quasi dans la même situation que quand il est avec un client », assure le formateur. « Faire connaître ces métiers, attirer les talents, ce sont aussi les objectifs des Worldskills, afin de recruter plus facilement des personnels », espèrent les membres du jury

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité