Aller au contenu principal

Loup : quand un chercheurcasse le mythe

Directeur de recherche à l’INRAe de Montpellier, Michel Meuret a planché sur le thème « une coexistence apaisée entre élevage et loup est-elle envisageable ? », lors des premières Assises de la prédation, le 2  juin. 

Entre histoire, sociologie, pastoralisme et éthologie, Michel Meuret a décortiqué les rapports que l’homme et le loup ont pu et peuvent encore entretenir. Dans une démonstration à la fois sérieuse et simple, le directeur de recherche à l’INRAe de Montpellier a souligné combien les loups étaient, depuis plus de 11 500 ans av J-C, date d’apparition de la domestication du bétail, une source de nuisances plus ou moins importante pour le bétail, avec un risque pour les humains. « La coexistence pourra certes être apaisée mais jamais paisible », a-t-il affirmé. Face à ce prédateur, l’homme s’est adapté en protégeant ses troupeaux comme il le fait aujourd’hui. Mais ce qui différencie les temps anciens de l’époque contemporaine, c’est la pression constante que l’homme exerçait alors sur le loup « en tuant ceux qui s’attaquaient à leurs bêtes ».          

Or, la France dont la quasi-totalité des départements à l’exception de quelques-uns (Manche, Seine-Maritime, Charente-Maritime…) étaient peuplés de loups à la fin du XVIIIe siècle, a connu pendant presqu’un siècle (80 ans) une période blanche, sans meute identifiée sur son territoire. La situation des années 2020 n’a plus rien à voir avec celle des années 1920 : industrialisation, expansion des villes, désagriculturisation du pays, développement des activités de loisirs… Le statut du loup a lui aussi évolué, gagnant au passage un brevet d’espèce strictement protégée. Le plus inquiétant est que les premières années de son retour, la présence du loup « a été gardée secrète par les pouvoirs publics, dans l’attente de ce statut de protection stricte », a-t-il ouvertement accusé, provoquant des soubresauts dans l’assistance. A cette époque, les chiens errants, les chiens « divagants » avaient d’ailleurs bon dos. Erigé en icône de la biodiversité et surtout en objet politique, le loup est devenu d’autant plus intouchable que les scientifiques ont vanté son apport pour la biodiversité en s’appuyant sur sa réintroduction dans le parc de Yellowstone (lire encadré). En Europe, il est même vu comme un « modèle atypique car il ne correspond pas au modèle idéal “sauvage”, tel que les scientifiques l’ont décrit aux EtatsUnis ».

RENFORCEMENT POSITIF ET NÉGATIF

En France, comme en Europe, « il ne faut pas sous-estimer l’intelligence du loup », a ajouté Michel Meuret. Les loups s’adaptent parfaitement à leur milieu, se comportent en opportunistes et qui à chaque fois évaluent le risque (présence de chien de protection par exemple) à la quantité de chair disponible (troupeau de 100 bêtes par exemple). « Il faut profiter de l’intelligence du loup », a souligné le chercheur. Pour lui, « multiplier les obstacles manque de sens tant que ces prédateurs ne considèrent pas leur effort de franchissement ou de contournement comme pouvant leur faire courir un risque sévère : blessure grave ou danger de mort ». Michel Meuret explique doctement pourquoi les mesures actuelles (tirs de défense soumis à autorisation préfectorale) sont et resteront inefficaces, en raison du « renforcement positif qu’il crée ». Le fait pour le loup d’attaquer une première fois, puis une deuxième… un troupeau sans impunité développe en lui un sentiment de récompense. C’est pourquoi, il préconise d’inverser la tendance et de créer un renforcement négatif : « il nous faut rétablir avec le loup une relation de réciprocité fondée sur des signaux clairs et de règles », qu’il pourra facilement comprendre, a-t-il plaidé. Autrement dit, il faut « éliminer les loups trop insistants pour que les survivants d’une meute puissent associer explicitement la présence d’humains à proximité des troupeaux à un réel danger ».  Par exemple, associer chien de protection et tir à la première attaque lui semble indispensable. « L’objectif est bien la défense des troupeaux et non la chasse aux loups », a-t-il indiqué.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Hier, « la chasse » aux engrais

Jusqu’il y a peu, le fumier était perdu pour les terres agricoles.

Des aménagements agricoles positifs pour la qualité de l’eau

 Pour préserver la qualité de l’eau, certains agriculteurs vont au-delà des obligations légales.

L’occasion de s’engager pour bénéficier de crédits carbone

 Les agriculteurs en grandes cultures intéressés pour réduire leurs émissions de CO2 et bénéficier de crédits carbone sont invités à se manife

Une plantation expérimentale de douze cultivars en Loir-et-Cher

Une plantation multiclonale de peupliers a été mise en place voilà deux ans à Noyers-sur-Cher (41).

Une journée départementale caprine riche en informations pour les éleveurs

Mycoplasmes, déclarations de mouvements, point sur la filière AOP, subventions… Les éleveurs caprins ont fait le plein d’informations utiles lors d

Ibrahima Ndiaye, vendeur d’aliments du bétail à Dakar

Jeune Sénégalais, Ibrahima Ndiaye commercialise toutes sortes d’aliments du bétail dans le quartier Yoff, au nord de Dakar.

Publicité