Aller au contenu principal

Mobilisation
Trop c’est trop, rendez-vous le 19 janvier à Tours !

Les distorsions de concurrence, les pertes de surfaces exploitées, les obligations d’investissement pour répondre à la surrèglementation franco-française… « Trop, c’est trop » pour la FNSEA 37, JA 37 et la FAV, qui ont décidé de se mobiliser et de sortir les tracteurs le 19 janvier à partir de 11 h à Tours.

Les cours des céréales ont progressé, mais il n’y a plus rien à vendre au vu de la récolte 2020 qui a été au mieux très moyenne et parfois catastrophique. En vigne, avec le cumul des effets de la Covid-19 et des taxes à l’exportation, c’est l’avenir même d’entreprises qui est menacé. En élevage, les prix sont en berne, que ce soit pour le lait de vache, les porcs et les broutards.

 

Avec les impacts économiques de la crise Covid, on pourrait penser que, dans une telle situation, un gouvernement cohérent éviterait d’ajouter des charges à un secteur économique. « Mais, non, il ne se passe pas un trimestre sans que le gouvernement oublie la réalité et rajoute des contraintes ! Il subventionne, par la remise d’impôts, les associations comme L214 qui veulent la mort de l’élevage. Côté productions végétales, en 2019 il a inventé les ZNT riverains, en 2020 les ZNT fossés. Et pour le millésime 2021, le gouvernement voudrait un plan pollinisateurs avec interdiction de protéger les cultures pendant la floraison ! », tempête Christian Blanchard, secrétaire général de la FNSEA 37.

 

« Tout cela sans que ce soit une nécessité impérative et démontrée, mais juste pour faire plaisir à un courant d’opinion », ajoute-t-il. « Et surtout, alors que la priorité est d’éviter l’augmentation des gaz à effet de serre, toutes ces contraintes en végétal en rajoutent. Directement, comme pour le remplacement du glyphosate par le labour, ou indirectement, par le retrait de surfaces de production en France compensé par de la déforestation ailleurs dans le monde ». Effectivement, avec le retrait supplémentaire de 2 300 hectares en Indre-et-Loire et des centaines de milliers en France, les différentes ZNT ne seront pas sans conséquences négatives pour la planète.

 

PLAN POLLINISATEURS, ZNT, STOP !

Les explications au DDT et à la préfète, les rencontres avec les parlementaires ne suffisent plus. « En arboriculture, le plan pollinisateurs condamnerait à terme plus de 1 500 emplois en Touraine », rappellent Sébastien Delareux et Eric Bonvin. La FNSEA 37, JA 37 et la FAV 37-72 ont décidé d’une mobilisation pour dire « stop, trop c’est trop » et exiger un retour au réalisme du gouvernement français.

 

Les syndicats rappellent que, par deux fois, d’abord en sa qualité de candidat au congrès FNSEA de Brest, puis une fois élu devant les députés et sénateurs réunis à Versailles en juillet 2017, Emmanuel Macron a affirmé qu’il n’y aurait pas de surtransposition française des règles européennes. « Il faut qu’il tienne ses engagements. Les ZNT fossés, des conditions de traitement franco-françaises cela n’a pas de sens et n’est pas applicable », explique le responsable FNSEA 37.

 

« Nous sommes d’accord pour évoluer avec la société, mais cela doit se faire au niveau européen et en tenant compte des faits, de la science et non des manipulations des marchands de peur. La mise en place de la machine bureaucratique de la séparation vente/conseil, qui va nous rajouter des charges, illustre cette méconnaissance de nos capacités », complète Jérémy Defond, président de JA 37.

 

« La vigne est directement concernée. Il faut le rappeler aux pouvoirs publics, au vu de la situation économique nous n’avons pas les moyens d’avoir une inflation sur les coûts de production », précise Benoît Gautier, président de la FAV. « Avec le nouveau coup de bambou des taxes Airbus, la FAV appelle à mobilisation pour stopper ces dérives, demander au gouvernement des compensations. Nous voulons aussi des décisions locales de bon sens, sur la libre dégustation en caveau par exemple ».

 

UNE MOBILISATION RÉGIONALE

« Les distorsions de concurrence sont permanentes et on ne nous laisse pas travailler dans des conditions acceptables », explique Bertrand Petit, secrétaire-général de la FNSEA CVL. « Les agriculteurs de la région Centre- Val de Loire seront présents mardi 19 janvier en fin d’après-midi à Tours. On nous demande, et cela a du sens, de développer la production de protéines en France et on interdirait à l’agriculteur de traiter contre les maladies qui se déclenchent pendant la floraison ? L’impasse sur les néonicotinoïdes au bout de 2 ans, avec la mise en péril de tous les emplois de la filière betteravière doit servir au gouvernement comme exemple de ce qu’il ne faut surtout pas faire », complète l’agriculteur d’Eure-et-Loir. « Je demande aux agriculteurs de la région de nous accompagner à Tours. Les paroles rassurantes du nouveau ministre de l’Agriculture ne suffisent pas. Il faut des actes ».

 


En pratique

Le rendez-vous est fixé à 11 h au sud et au nord de Tours. Ensuite, les convois progresseront vers la place Jean Jaurès à Tours. La FNSEA 37, JA 37 et la FAV veulent être reçus par la préfète et ont invité les parlementaires à venir les rencontrer. Le retour est prévu vers 15 h. Ce sera considéré comme un déplacement professionnel par les forces de l’ordre. Le repas est prévu par les organisateurs.

Rendez-vous pour le nord : Tours, rond-point des compagnons d’Emmaüs, intersection rocade et ex N10 (Boulangerie Ange).

Pour le sud : Chambray-lès-Tours, avenue du Grand Sud, entre le rond-point de la Petite Madelaine et celui de l’Hippodrome.

Des points de rendez pour former les convois vont être mis en place par les responsables syndicaux locaux. Si d’ici là le gouvernement modifie les restrictions de déplacement, d’éventuels changements (horaires d’action) seront indiqués sur le site 12 heures après l’annonce gouvernementale. Les informations actualisées sont à retrouver sur le site http://www.maisondesagriculteurs37. fr/, dans Actualité, ou via : https:// urlz.fr/eGiR.   

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

La Chariotte fait revivre le coeur de Bueil
A Bueil-en-Touraine, une épicerie-bar coopérative a vu le jour voilà un an, à l’initiative d’un collectif d’habitants.
Enseignement agricole : rentrée sereine, effectifs en hausse !
Les écoles « vertes » ont le sourire, la plupart ont ouvert leur établissement avec un effectif en hausse.
L’Aspa : une allocation pour s’assurer un minimum vieillesse
L’allocation de solidarité aux personnes âgées assure un minimum de ressources aux retraités à faible revenus.
Prise en charge de cotisations possible suite au gel
Les arboriculteurs et viticulteurs ont jusqu’au 8 octobre pour demander l’accès à la prise en charge de cotisations sociales suite au gel.
Fête départementale : les JA 37 jouent collectif à Braslou
Après bien des atermoiements liés au contexte actuel, les adhérents de JA 37 ont réussi leur pari : offrir une journée de détente au grand pub
Projets alimentaires territoriaux en Touraine : c’est du concret !
On entend de plus en plus parler des projets alimentaires territoriaux, mais que vont-ils apporter, aux agriculteurs notamment ?
Publicité