Aller au contenu principal

ZNT riverains : les jachères mellifères SIE, un levier avantageux

La jachère mellifère peut représenter une solution intéressante pour valoriser les zones de non-traitement.

L’application de l’arrêté de décembre 2019 sur les ZNT riverains doit être effective et cela suscite de nombreuses questions chez les agriculteurs. Car si l’ensemencement de cultures traitées jusqu’à la clôture reste possible, l’application aérienne de produits phytosanitaires, autre que les produits de biocontrôles et/ou certifiés agriculture biologique est interdite, ce qui peut rendre l’entretien de ces cultures fastidieux.

 

Mais si ces zones de non-traitement sont souvent synonymes de perte de production, il existe cependant un moyen de les valoriser, tout en répondant aux attentes écologiques de certains voisins : les jachères mellifères SIE.

 

Pouvant être implantées jusqu’au 15 avril, elles doivent être composées d’un mélange d’au moins cinq espèces choisies parmi la liste nationale*. Elles doivent également rester en place durant six mois, ne pouvant être retournées qu’à partir du 15 octobre.

 

Ce qui rend intéressant cet agencement, c’est qu’1 m² de jachère mellifère comptabilise 1,5 m² de surface SIE. L’unité étant surfacique, il n’y a donc pas de largeur minimum à respecter pour pouvoir être éligible en SIE. Ainsi, si un exploitant se retrouve dans l’incapacité de produire sur ces espaces, il peut cependant optimiser grâce à eux sa conditionnalité de verdissement, en limitant l’implantation de cultures dérobées dont la réussite du couvert est souvent controversée en période de sécheresse.

 

Enfin, l’aspect visuel d’une jachère mellifère et sa fonction biologique en faveur de la biodiversité peuvent être une bonne option pour répondre à certaines attentes sociétales et apaiser certains esprits.

 

* Espèces autorisées :

achillée, agastache fenouil, bleuet des moissons, bourrache officinale, campanules, centaurées, consoude des marais, féverole, fève, gesse, knautie, lotier corniculé, luzerne, luzerne lupuline, marguerite, mauve sauvage, grande mauve, mauve alcée, mauve musquée, mélilots, nigelle de Damas, onagre bisannuelle, origan commun, coquelicot, phacélie à feuilles de Tanaisie, pulmonaire officinale, sainfoin, sarrasin, sauges, scabieuses, souci, trèfles, valérianes, vesces, vipérine commune.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Un projet amené à grandir à Abilly

Céréalier à Abilly, Bernard Limouzin s’est lancé dans un ambitieux projet d’agroforesterie il y a deux ans.

Publicité