Aller au contenu principal

Désherbage du verger
Avantage au grattage

Avec la volonté de réduire voire de supprimer à terme les solutions de désherbage chimique qui prévalaient ces dernières décennies, la station de la Morinière teste des alternatives diverses, allant du travail du sol au désherbage thermique, en passant par les poules.

Ah si vous connaissiez mes poules… ! » aurait pu chantonner l’équipe technique de la station de la Morinière, qui n’en est pas pour autant tombée « maboule » en testant l’alternative volailles contre les adventices et les mulots du verger. Une technique aussi coûteuse qu’incertaine pour résoudre une certitude : il n’y a pas de production régulière et marchande de pommes sans maîtrise de la flore spontanée concurrente.

 

Le désherbage chimique ayant mis très haut la barre coût (€)/efficacité, le retour à des solutions alternatives ne promet pas forcément des lendemains qui chantent. L’expérimentation montre des baisses de croissance et de rendement, une consommation de gazole accrue, une forte augmentation des coûts de main d’oeuvre, une usure de matériel à prendre en compte. Voilà le prix à payer pour l’arrêt de la chimie.

 

Intérêt pour les passages combinés

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Transmission du métier de vigneron : du réel au virtuel
A 25 ans, Emile Coddens, second de chai au domaine Plou et fils à Chargé, fait le buzz sur la toile.
Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Publicité