Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Vie des appellations
Benoît Gautier nouveau président de la FAV

Benoît Gautier (appellation vouvray) a été élu président de la fédération des associations viticoles d'Indre et Loire et de la Sarthe mardi 23 avril. Il succède à François Chidaine, vigneron de Montlouis sur Loire. 

benoît Gautier aop vouvray vins du val de loire
© Philippe Guilbert

Des deux candidats en lice mardi 24 avril au poste de président de la FAV 37-72, c'est Benoît Gautier qui a réunit une majorité sur son nom. Durant son mandat il sera secondé par Charles Pain (chinon) et Patrick Olivier (st nicolas de b). Installé aux portes de Tours, Benoît Gautier, 58 ans, cultive le domaine de la Chataigneraie (17ha) dont les vignes s'étendent de Rochecorbon à Parçay-Meslay. Vigneron depuis 1981, le nouveau président de la FAV 37-72 a repris une exploitation dans le giron de la famille Gautier depuis sept générations. Un domaine tourné vers l'exportation de vins tranquilles dans 16 pays; les fines bulles (55% des volumes) était commercialisées en France. Benoît Gautier est aussi vice président de l'AOP vouvray en charge de la communication et de l'exportation. Deux axes qu'il porte également au sein d'Interloire.

La Fédération qu'il préside rassemble les syndicats des vins des appellations de bourgueil, chinon, coteaux-du-Loir/jasnières, montlouis-sur-loire, saint-nicolas-de-bourgueil, touraine, touraine-amboise, touraine-azay-le-rideau, touraine-noble-joué et vouvray, représente 10 000 ha et plus de 600 vignerons.

"Cette nouvelle équipe continuera à renforcer l'efficacité de notre Fédération dans sa mission de défense des intérêts généraux de la viticulture Tourangelle en accompagnant les vignerons dans tous les aspects de leur métier" a déclaré dans un communiqué le nouveau président. La nouvelle équipe entend reprendre les dossiers en cours avec l'appui technique de Camille Caillau, animatrice de la FAV. Parmi eux, le salon Vitiloire pour lequel la FAV est partie prenante avec la mairie de Tours mais aussi les relations interfilière avec la Confédération des vignerons du Val de Loire (CVVL), les questions des baux ruraux et des conventions collectives viticoles sont aussi sur la table. Pour toutes les initiatives en cours et à venir, Benoît Gautier affiche sa volonté d'instruire les dossiers dans le cadre de groupes de travail "où les sensibilités de toutes les appellations seront respectées."  

La composition du nouveau Bureau  :

Président : Benoît Gautier (vouvray); 

Vice-Présidents : Charles Pain (Chinon) et Patrick Olivier (Saint-Nicolas-de-Bourgueil);

Secrétaire : Marielle Henrion (Azay-le-Rideau);

Secrétaire-Adjointe : Philippine Delachaux (Bourgueil);

Trésorier : Pascal Janvier (Coteaux-du-Loir / Jasnières);

Trésorier-Adjoint : Arnaud Ponlevoy (Touraine).

 

Déclaration de François Chidaine à l'issue de l'élection

« J’ai vécu 4 années de mandat particulièrement marquées par les premières conséquences du dérèglement climatique. Après la grêle de 2013 à Vouvray, il a fallu soutenir les vignerons face aux épisodes de gel répétitifs en 2016, 2017 et 2019.

J’achève mon mandat avec la satisfaction d’avoir aidé les vignerons du département à augmenter les surfaces protégées par le gel. Jamais auparavant nous n’avions mis en place de dispositifs aussi importants qui couvrent désormais 700 hectares sur le département ».

François Chidaine, qui cultive 40 ha de vignes en biodynamie dans les appellations Montlouis-sur-Loire, Vouvray et Touraine, se dit "particulièrement attentif aux signaux que la nature nous envoie, et de ce fait particulièrement inquiet des conséquences d’un possible dérèglement climatique."

« Je me suis battu, de 2006 à 2016 comme président du Syndicat des Vins de Montlouis-sur-Loire pour que mon appellation prenne le virage de la responsabilité environnementale. C’est un combat qui est aujourd’hui partagé par les vignerons de Montlouis-sur-Loire et poursuivi par Damien Delecheneau qui m’a succédé à la tête du syndicat. Je suis convaincu que la majorité des vignerons de Touraine, désormais représentés par Benoît Gautier, souhaite prendre le même chemin ».

Alors que de vifs débats ont souvent animé les relations entre la viticulture et le négoce, au sujet du cours des vins, François Chidaine rappelle qu'il s'est investi pendant 4 ans pour améliorer la valorisation des vins des AOC de la Touraine. « Il est indispensable que la valorisation des vins permette aux vignerons de vivre de leur métier et de disposer des moyens nécessaires pour poursuivre l’amélioration qualitative de nos vins, la conquête de nouveaux marchés et le nécessaire virage environnemental. Je resterai toujours un allié fidèle des responsables professionnels qui œuvreront dans cette voie ».

 

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le chai en vrai pour de faux
Le réseau des préventeurs MSA se dote progressivement d’applications destinées à anticiper la conception d’un chai.
Vignette
Fret : les organismes stockeurs parfois contraints au 100 % camion
Derrière le consensus pour « sauver la planète », il y a parfois loin de la coupe aux lèvres entre les envolées lyriques et le terrain.
Vignette
Les députés intéressés par l'agriculture de conservation des sols
Les  vers de terre se sont invités au palais Bourbon mardi 15 octobre.
Vignette
Le code K6 du Paradis en met plein la vue
Le domaine de Paradis à Chinon présente sa nouvelle cuvée sans soufre ajoutée de cabernet franc.
Vignette
Panel Airbus : le vin pris en otage
Taxera, taxera pas ?
Vignette
Champeigne : le GDA, sinon rien !
De semis en moisson, le GDA de Champeigne accompagne ses adhérents depuis soixante campagnes céréalières et c’est loin d’être terminé.
Publicité