Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Machinisme
Colza : SD prometteur pour réussir la levée en conditions sèches

INNOVATION AUX CULTURALES / Les Culturales ont sonné comme un aboutissement pour les concepteurs du semoir Axe LS. Ce modèle novateur à bras poussé et disque orientable a manifestement séduit les visiteurs qui se sont pressés sur l’atelier Terres Inovia consacré au semis de colza (trois vidéos tournées aux Culturales 2019).

Gilles Sauzet, ingénieur de l’institut des oléagineux (voir vidéo), a mené trois campagnes d’essais avec le concours d’Afdi Touraine, des coopératives COC, Axéréal et Agrial, pour valider ce semoir à semis direct conçu et fabriqué par deux artisans du richelais. Terres Inovia l’a évalué sur colza dans des situations diverses du centre de la France en sols argilo superficiels, limons sableux, limons argileux, en comparaison avec techniques conventionnelles, travail du sol profond ou superficiel, techniques de semis direct - semoir SD 4000 -, Striptill.  

« Globalement, ce semoir favorise une phase semis levée rapide, quelles que soient les séquences climatiques, observe Gilles Sauzet. Ce fut le cas en 2015 avec une levée en 7 jours avec des conditions optimales. En 2016 et 2017, la météo était moins favorable mais c’est celui qui nous a donné le plus de satisfaction en matière de rapidité de levée. Seul bémol, des pertes identiques voire supérieures ponctuellement au SD classique, par rapport à une préparation conventionnelle. Le grand atout, c’est la préservation de la fraîcheur post moisson début août. »

La technique du disque poussé, imaginée par l’ingénieur Marrionnaud (Cemagref-Irstea) et reprise pour l’Afrique par Afdi Touraine, présente tout son intérêt dans les sols asséchés.  Les graines sont positionnées à 2, 4 cm dans la fraîcheur résiduelle sous la couche sèche. « Globalement, ce modèle ne s’est jamais trouvé en difficulté, poursuit l’expérimentateur, à condition de porter son attention sur le volume du mulch de paille. Quand on a 4 à 5 t de paille au sol, il faut donner un peu plus d’angle au disque en travaillant à 20 ° plutôt qu’à 10 °. En revanche, sur paille ramassée ou résidu peu volumineux en travaillant à 10 °, cet angle limite considérablement la germination des graines adventices. »

Terres Inovia assure que le semoir peut être testé en féverole et pois de printemps, avec une relative sécurité au niveau de la levée, sachant que ces deux espèces s’adaptent souvent assez mal au semis direct. Par rapport aux modèles SD déjà sur le marché, « on a gagné en efficacité, conclut Gilles Sauzet. Le fait que l’on sème dans de la terre fraîche est un plus, à condition de décaler la date de semis pour assurer le réchauffement du sol. On est conscient d’avoir fait des progrès avec cette nouvelle technique de décrochage d’une langue de terre se reposant sur la graine. » Prochain objectif : tester le semoir sur tournesol et sorgho et vulgariser d’autres techniques de semis, comme l’implantation des tournesols dans des couverts de féverole.

 

 

Un semoir de fabrication locale

Le semoir Axe LS est fabriqué par deux petites sociétés installées près de Richelieu, Liaigre et CMS (voir vidéos). Le modèle présenté aux Culturales, l’Axe 3000 16 rangs à 18 cm, dispose de deux rangées de 8 bras poussés portant des disques de 470 mm à double inclinaison.

Christian Savatier et Bruno Liaigre ont prévu trois réglages principaux :

  • la roue de profondeur avec une centralisation en seul réglage grâce à un système de bielles paramétrant tous les bras ;
  • un système au milieu du bras de réglage de l’orientation de 5 à 20 °, pour éviter que la paille s’insère dans le sillon ;
  • et enfin un réglage de hauteur du châssis pour jouer sur l’angle du bras et ouvrir plus ou moins le sillon.

Si 60 cv sont mobilisés pour la traction, l’Axel 3000 avec ses 2,7 t (trémies incluses) mobilise 110 cv pour être levé et transporté. L’engin est vendu au prix tarif à 15 k€ du mètre avec deux trémies de 1 000 litres (2 semences ou semence + engrais) qui sont proposées en montage à l’avant pour équilibrer l’ensemble.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Le chai en vrai pour de faux
Le réseau des préventeurs MSA se dote progressivement d’applications destinées à anticiper la conception d’un chai.
Vignette
Fret : les organismes stockeurs parfois contraints au 100 % camion
Derrière le consensus pour « sauver la planète », il y a parfois loin de la coupe aux lèvres entre les envolées lyriques et le terrain.
Vignette
Les députés intéressés par l'agriculture de conservation des sols
Les  vers de terre se sont invités au palais Bourbon mardi 15 octobre.
Vignette
Le code K6 du Paradis en met plein la vue
Le domaine de Paradis à Chinon présente sa nouvelle cuvée sans soufre ajoutée de cabernet franc.
Vignette
Panel Airbus : le vin pris en otage
Taxera, taxera pas ?
Vignette
Champeigne : le GDA, sinon rien !
De semis en moisson, le GDA de Champeigne accompagne ses adhérents depuis soixante campagnes céréalières et c’est loin d’être terminé.
Publicité