Aller au contenu principal

Comment optimiser la fertilisation organique en maraîchage ?

La vitesse de minéralisation dépend notamment de la température et du taux d’humidité du sol. Dans le cadre du Cap filière légumes, certains essais ont permis de déterminer des principes généraux intéressants concernant ce phénomène.

Pour fertiliser le sol, sont apportés essentiellement de l’azote, du phosphore et un peu de potasse. Leur quantité doit être adaptée aux besoins de la culture, à la minéralisation naturelle du sol et aux reliquats des cultures précédentes. Pour connaître ces besoins, il est possible d’utiliser des tables de référence, les données du GREN (Groupe régional d’expertise nitrates) et les données des essais régionaux.

 

Le choix de l’engrais va être conditionné par différents critères : disponibilité du produit près de chez soi, composition de l’engrais, facilité d’épandage, cahier des charges auquel est soumis le producteur, place dans la rotation…

 

La fertirrigation, application simultanée d’eau et d’engrais à travers un système d’irrigation, a fait ses preuves. Il faut toutefois noter le risque de développement de biofilms, d’algues dans les gaines, avec les engrais liquides.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 85€
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Chenonceaux aspire à voler de ses propres ailes

En assemblée générale le 21 mars, les adhérents de l’ODG touraine-chenonceaux ont acté le fait de travailler cette année pour évoluer d’un statut d

Comprendre la puissance du sol

 « Ce qu’on sait sur le sol, c’est qu’on ne sait pas grand-chose ! », lançait Konrad Schreiber, lors d’une formation en agronom

Plus besoin de tire-bouchon pour boire du vin !

Vignerons à Benais, Vincent et Guillaume Delanoue proposent désormais une partie de leur production conditionnée en canettes, pour aller chercher u

Que sait-on aujourd’hui de la flavescence dorée ?

 Dispersion de la maladie, sensibilité en fonction des cépages, phénomènes de rétablissement : état des lieux sur les connaissances actue

La méthode de plantation en potets travaillés fait ses preuves

Une visite forestière a été organisée à l’issue de l’assemblée générale du Cetef de Touraine.

La longévité d’une parcelle débute par une implantation réussie

Face à l’évolution du climat, les chercheurs planchent sur différents leviers pour améliorer l’adaptation de la vigne.

Publicité