Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Partenaires de l'agriculture
Des compétences au service des territoires

Les entrepreneurs des territoires revendiquent leur qualification et leur savoir-faire. Les EDT souhaitent se rapprocher des pouvoirs régionaux dans le sillage des organisations agricoles.

Dans la foulée de son congrès de Deauville, Gérard Napias est venu à la rencontre de ses pairs près de Langeais la semaine dernière. « Nouvelles technologies, nouveaux services, nouveaux conseils avec les entreprises de travaux », les entrepreneurs du territoire soulignent qu’ils restent des acteurs avec lesquels il faut compter.

Pour leur président national, « une entreprise, c’est du matériel mais c’est surtout aussi des compétences humaines, qui utilisent toutes les possibilités offertes par ce matériel pour apporter les meilleures solutions à l’agriculteur : c’est notre valeur ajoutée ! ». Modernes, pointus, les EDT se positionnent résolument sur les nouvelles technologies comme l’agriculture de précision.

Au congrès de Deauville, deux solutions ont été identifiées pour revaloriser les compétences des EDT : la pédagogie et le marketing. Pour Katrine Lecornu, éleveuse et membre de la branche française de European Dairy Farmers, « les agriculteurs attendent surtout un gain économique pour travailler avec une entreprise de travaux agricoles avant de s’engager : ditesmoi combien j’économise grâce à une ETA ! ». Or, les chiffres sont clairs selon une étude (1) : au-delà du gain de temps, les agriculteurs peuvent réduire leurs charges de mécanisation jusqu’à 25 % en ayant recours à la délégation, et ce, quel que soit le type de structure agricole. Sur une charge moyenne de mécanisation de 513 €/ha par exploitation, cela représente une réduction de charges pouvant atteindre 70 €/ha ! 

Adaptés à la diversité

Les ETA ont également une carte à jouer dans la différenciation des exploitations : agriculture biologique, petites exploitations, élevages laitiers, avicoles, porcins… puisqu’ils peuvent répondre à tous les types de demandes grâce à leur parc matériel. « Nous sommes en capacité de nous adapter à la diversité des agricultures et ainsi offrir des services à des agriculteurs qui n’ont pas le matériel ou qui sont sur des productions très spécialisées », explique Gérard Napias.

Un président qui a invité les EDT à signaler leur certification sur les machines. Un atout supplémentaire à la compétence du personnel, revendiqué par les EDT. « Notre meilleur argument commercial, c’est la qualification du chauffeur de la machine », souligne Pierre David, président départemental.

A Côteaux-sur-Loire/la Chapelle-sur-Loire où se tenait leur assemblée générale, les EDT 37, ressortissantes des chambres de commerce, ont soulevé une nouvelle fois leur problème récurrent : celui de ne pas être présentes dans de nombreuses instances agricoles, à commencer par les chambres d’agriculture et les Safer. Localement, les EDT revendiquent souvent le statut de membre associé aux chambres d’agriculture. A chaque avancée fiscale obtenue par la FNSEA ou la FNCUMA (2), les EDT marquent à la culotte le monde agricole, tentant de faire valoir leur spécificité à Bercy avec à la clef de belles réussites syndicales.

Gérard Napias a aussi mis l’accent sur la nécessité pour les entrepreneurs d’être présents et reconnus au niveau régional. « Allez à la rencontre des élus régionaux et comblez la méconnaissance qu’ils ont des entreprises des territoires. » Pour ce Landais pur souche, les EDT ne manquent pas d’arguments convaincants. Avec 100 000 entreprises certifiées en France dont 20 % adhèrent à la fédération nationale, les EDT représentent une force économique et un gisement d’emplois locaux ancré… dans les territoires.

(1) Etude linkinfarm (2) Derniers acquis en date : l’utilisation du GNR, l’exonération de 6 pts de cotisation maladie et la récupération de la TICPE.  

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Vignette
Moisson record de blé mais un maïs en danger de mort
Paradoxe saisonnier, quand la moitié du visage sourit de la belle moisson blonde, l’autre fait grise mine en voyant les cultures de printemps
Vignette
Le journal de France 2 joue la désinformation
Malgré les explications données au journaliste notamment par la Maison des agriculteurs, un reportage diffusé le 10 juillet prend le parti d’i
Vignette
Avantage au grattage
Avec la volonté de réduire voire de supprimer à terme les solutions de désherbage chimique qui prévalaient ces dernières décennies, la station
Vignette
Amboise renoue avec son côt et son histoire viticole
Amboise veut favoriser le développement et redorer l’image du côt, cépage historique du secteur.
Vignette
N’importons pas l’agriculture que nous ne voulons pas !
Pour JA 37 et l’UDSEA 37, les accords de libre-échange en cours de négociation représentent une distorsion inacceptable.
Vignette
L'IGP qui monte dans une agriculture en mutation
« Il est bon, il est bon, mon melon ! Il est d’où, il est d’où ? » Du Haut Poitou!
Publicité