Aller au contenu principal

Et si j’accueillais des rapaces sur mon exploitation ?

L’accueil de rapaces est une solution efficace pour la régulation de ravageurs de types rongeurs sur son exploitation.

Le saviez-vous ? Selon les rapaces, leur régime alimentaire se compose de 50 % à 80 % de micromammifères (campagnols notamment). Ainsi, un couple de chouettes peut consommer jusqu’à 4 000 proies par an. Pour favoriser leur présence, deux solutions : la fabrication de nichoirs et la pose de perchoirs.

 

QUATRE NICHOIRS POUR 100 HA

Concernant la première, retenir que chaque espèce a ses caractéristiques. En conséquence, la forme et l’emplacement des nichoirs varient en fonction de l’espèce qu’on souhaite favoriser, comme l’effraie des clochers, le faucon crécerelle ou encore la chevêche d’Athéna. Par exemple, l’effraie des clochers affectionnera particulièrement des nichoirs disposés à l’intérieur de bâtiments, tandis que le faucon crécerelle préférera être à l’extérieur, sur une branche ou un bâtiment. La période propice pour l’installation se situe idéalement avant l’automne. Les jeunes rapaces de l’année cherchent un refuge pouvant devenir un site de reproduction. Cela permet aussi d’assurer l’utilisation du nichoir l’année suivante.

 

Il est recommandé de ne pas dépasser 4 nichoirs à rapaces pour 100 ha, toutes espèces confondues. Libre à vous de cibler les espèces à favoriser sur votre exploitation et aux alentours. Vous pouvez également poser dès maintenant, un nichoir par espèce (effraie des clochers, faucon crécerelle et chevêche d’Athéna).

 

PERCHOIRS À LA BONNE HAUTEUR

Les perchoirs quant à eux conviennent aussi bien aux rapaces diurnes que nocturnes. Ils doivent être installés à une hauteur minimum de 2,5 m pour être utilisés par tous les rapaces. A bonne hauteur, les rapaces se sentent en sécurité et peuvent facilement élargir leur zone de chasse. Néanmoins, la buse variable et l’effraie des clochers se satisfont de perchoirs à 1,5 m – 2 m du sol.

 

Pour une lutte biologique efficace, les perchoirs doivent être positionnés non loin des zones de dégâts identifiées afin de localiser le site de chasse tout en permettant l’effet de surprise de la chasse à l’affût. En prévention, les perchoirs peuvent aussi être placés en bordure de parcelle. Ainsi, ils permettront aux rapaces de maintenir une chasse le long de chemins enherbés et bordures de parcelles toute l’année. Afin d’éviter les collisions, ne pas placer les perchoirs en bord de routes ou voies ferrées.

 

La période propice pour l’installation se situe avant le printemps, période de reproduction des campagnols. Les perchoirs peuvent être fixes ou mobiles. Un à deux perchoirs/ha suffisent. Espacés d’au moins 400 m, ils peuvent être placés au sein ou au bord de la parcelle. Vous pouvez faire varier les hauteurs des perchoirs afin de favoriser une diversité de prédateurs. Fabriqués de préférence en bois, les nichoirs et perchoirs sont des aménagements faciles à réaliser avec du matériel généralement peu coûteux (planches essentiellement). « Alors, faites une place à ces oiseaux, ils vous le rendront bien ! ».

 

Pour plus d’informations, consulter la rubrique « Quelles pratiques en grandes cultures pour favoriser la biodiversité ? », sur le site des chambres d’agriculture du Centre-Val de Loire.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Gel vignes, vergers : les exonérations MSA pourraient dépasser 15 000 €
Les viticulteurs et arboriculteurs ont jusqu’au 8 octobre pour demander une prise en charge des cotisations sociales exploitant et employeur.
Le cresson reprend vie en Touraine
A Courçay, une ancienne cressonnière a été remise en état et en production par un couple de passionnés.
L'AOC chinon planche sur la maîtrise des adventices
Première ODG à organiser sa réunion de pré-vendanges, à Seuilly, l’appellation chinon a mis l’accent sur l’entretien du sol viticole.
Les Jardins de l’Angottière : 1 duo, 2 productions
A Beaumont-Village, Stéphanie Guibet et Jean-Baptiste Molinier misent sur la complémentarité entre le maraîchage et un atelier plantes aromati
Préserver le rosé au-delà d’un été
Quatre leviers sont conditionnés par la matrice « rosé » dans laquelle ils évoluent.
Prise en charge de cotisations possible suite au gel
Les arboriculteurs et viticulteurs ont jusqu’au 8 octobre pour demander l’accès à la prise en charge de cotisations sociales suite au gel.
Publicité