Aller au contenu principal

Fourrages : des deuxièmes coupes rassurantes mais une qualité variable

Les éleveurs de Touraine sont soulagés par le rendement des deuxièmes coupes de fourrage. Les légumineuses de fauche et certaines associations graminées-légumineuses devraient tirer leur épingle du jeu.

Les premières coupes du printemps 2021 ont provoqué des sueurs froides chez bon nombre d’éleveurs du département. Les conditions climatiques sèches et froides ont généré des rendements inférieurs de 1,5 à 2,5 tMS/ ha par rapport à avril 2020 en moyenne, les productions fourragères les plus impactées étant les ray-grass italiens de courte durée (6 mois) et les fétuques élevées pures de longue durée moyennement productives. L’élévation des températures et le retour des pluies (de 65 à plus de 130 mm du 1er au 20 mai), ont permis le décollage des croissances de l’ensemble des espèces prairiales (passage de 25 à 65-70 voire 100 kgMS/j/ha sur certains ray-grass hybrides) et le lancement des deuxièmes coupes d’herbe dès le 20 mai.

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité