Aller au contenu principal

Horticulture : la crise surmontée grâce à une offre adaptée

La crise sanitaire, et notamment le confinement, ont mis un coup d’arrêt à l’activité horticole. Au final, sauf pour les producteurs spécialisés en fleurs, le secteur s’en est plutôt bien sorti. Mais ce n’est pas par hasard, les professionnels ont travaillé d’arrache-pied pour s’adapter.

Le confinement est intervenu en début de printemps, en plein début de saison pour les horticulteurs. Pour les producteurs pépiniéristes vendant en direct, les consignes concernant l’obligation de fermer pendant les premières semaines étaient plutôt obscures. « Ceux qui l’ont appliqué au pied de la lettre ont perdu 15 jours à trois semaines de chiffre d’affaires, indique Arnaud Crosnier. D’autres ont digitalisé leur offre, mis en place les gestes barrières ; ceux-là ont pu rattraper sur mai et juin les ventes non réalisées. » Pour le pépiniériste de Nazelles-Négron (37), la médiatisation a beaucoup joué, tout le monde était au courant de la situation critique du secteur d’activité. « Et je pense que depuis, tout le monde sait ce qu’est un horticulteur ! ajoute-t-il. Beaucoup ont pris conscience de l’importance du marché local et ont compris qu’on faisait partie de l’économie circulaire avec un rôle également social. »

 

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Après le gel : la FAV reçoit les parlementaires
Un sénateur, un conseiller départemental et un député ont répondu à l’invitation de la fédération des associations viticoles d’Indre-et-Loire
« Les retours des clients, c’est une vraie récompense »
Julie Maréchaux s’est lancée depuis deux ans dans la transformation et la vente directe des céréales de son mari et d’autres produits de la fe
Patate douce : le tubercule qui monte, qui monte !
Quand un horticulteur chinonais saisit à la volée l’ascension fulgurante de la patate douce.
Asperges : des cours soutenus mais une saison raccourcie
La production d’asperges de Touraine atteint son pic dans un contexte de marché favorable.
Raisins : le potentiel incertain des bourgeons secondaires
Réputés peu ou pas fructifères, les bourgeons secondaires vont recevoir le signal du débourrement, une fois le stress du gel partiellement est
Gel : des producteurs meurtris mais pas abattus
Vignes et vergers stressés par dix jours de gel se remettent lentement.
Publicité