Aller au contenu principal

Point de vue
Impressions de congrès

Jacky Girard représente les éleveurs du Centre-Val de Loire au conseil d’administration de la FNB. Il participait à ce titre au congrès du syndicat à Mende, les 5 et 6 février derniers.

Jacky Girard retient trois points principaux du congrès de la FNB.

Le premier concerne le tapage médiatique autour des mouvements anti-viande et l’ambiance qu’il génère. Plutôt que de tourner en boucle ces messages négatifs, il propose que l’on concentre son énergie aux « 98 % de nos concitoyens qui mangent encore de la viande. Il faut positiver en parlant de nos savoir-faire, ouvrir nos élevages pour expliquer ce qu’on fait. »

Le second est en lien avec l’efficacité économique des ateliers d’élevage, sujet qui a mobilisé une part significative des débats. Il a eu la démonstration qu’il n’y avait pas de lien entre la taille de l’élevage, autrement dit le nombre de vêlages, et le revenu dégagé. « Un gars avec 50 vaches peut gagner aussi bien sa vie qu’un autre avec 150. Plus il y a d’animaux, moins il y a de revenu à l’animal. C’est la charge en matériel qui fait la différence. C’est une question de choix de vie. »

Un constat dont découle le troisième point qui l’a particulièrement marqué lors des échanges avec ses collègues à Mende : la démotivation. « Dans la salle, certains ne croyaient plus à leur métier. Je crois que nous éleveurs on a vraiment du mal à sortir, à aller voir ailleurs. On s’enferme dans nos certitudes et nos habitudes. C’est l’obligation qui nous fait changer. Il faut savoir se remettre en question pour changer d’organisation. »

Que pense-t-il des indicateurs de prix issus de la loi EGAlim ? « Un prix de seuil de vente à perte fixé à 4,65 /kg pour une vache R+, cela paraît farfelu », concède-t-il. Passée cette première impression, il souligne qu’on avait reçu avec le même scepticisme la mise en place de la grille de classement « qui existe encore ». Idem pour la machine à classer, « on en est à la 3ème génération ».

Dans la même veine, la filière a prôné avec succès le logo VF, qui fait désormais office de référence dans toutes les GMS. La démarche Éleveur et engagé commence aussi à faire ses preuves. « Il faut aller dans des démarches qualité, on n’a pas le choix », avance-t-il. Il croit bien plus à cette voie qu’à celle de l’export ; « même Bigard ne veut pas y aller au motif qu’il n’y trouve aucun intérêt économique », rapporte-t-il. Et pour re-capter rapidement la valeur ajoutée dans la filière, il suggère de revoir « l’esprit de maquignonnage », dont est largement dépendant la filière.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le label Grand boeuf est lancé !
La filière locale bovine a lancé un nouveau label appelé « Grand boeuf », dont la viande est notamment destinée aux restaurants des collèges d
Dernier délai pour l’aide aux éleveurs allaitants
Les éleveurs allaitants avec un revenu disponible de moins de 11 000 € sur le dernier exercice ont jusqu’au 15 septembre à midi pour demander
Maïs ensilage : une évolution normale des parcelles
Touraine conseil élevage a débuté les mesures de matière sèche.
Bovin viande : Valentin Richard, un parcours empreint de détermination
Son exploitation se repère aux tunnels verts implantés sur son terrain, à Braslou.
Aide aux éleveurs allaitants, mode d’emploi
Les éleveurs allaitants avec un revenu disponible de moins de 11 000 euros sur le dernier exercice peuvent faire la demande d’accès à l’aide d
La production de miel est victime du printemps maussade
Les récoltes de miel sont faibles voire nulles pour certains miels.
Publicité