Aller au contenu principal

Les actions de Solaal saluées par François Hollande

François Hollande, président de la fondation « La France s’engage », est venu en Indre-et-Loire participer à l’une des actions solidaires organisée par l’association Solaal.

François Hollande est venu à Saint-Martin-le-Beau le 29 septembre, pour participer à un glanage solidaire organisé dans le cadre de l’association Solaal. Il était en visite en tant que président de la Fondation « La France s’engage », qui soutient des projets d’innovation sociale.

 

L’association Solaal faisait ainsi partie des lauréats 2019 de la fondation, et avait pour objectif sur trois ans de s’appuyer sur au moins sept relais régionaux pour augmenter le nombre d’agriculteurs donateurs et les quantités de dons. C’est chose faite puisque neuf antennes ont été développées depuis, et cela continue puisque celle du Centre-Val de Loire est en cours de création.

 

Depuis 2014, l’équivalent de 48 millions de repas a été donné aux associations alimentaires par l’intermédiaire de Solaal, essentiellement des produits frais. Les agriculteurs enregistrent leurs dons via une application sur téléphone. « Grâce au numérique, on a une démultiplication, une capillarité qu’on n’avait pas avant pour ce genre d’actions », a noté François Hollande.

 

Ce dernier n’a pas manqué de reconnaître « l’importance du rôle de toutes ces associations solidaires, notamment en temps de crise sanitaire ». Les membres de Solaal ont d’ailleurs précisé que le volume distribué en 2020 avait augmenté de 89 % par rapport à 2019. « On a été débordés par les dons, notamment de restaurateurs qui voulaient donner les marchandises qu’ils ne pouvaient plus écouler », a précisé la présidente de Solaal, Angélique Delahaye.

 

PLUS QUE DE SIMPLES DONS

Pour compléter les opérations de don de Solaal et sensibiliser au gaspillage alimentaire, des producteurs organisent des glanages avec des élèves d’écoles primaires et de lycées agricoles, des pôles d’insertion... avec toujours une distribution ensuite aux plus démunis.

 

C’est ce qui a été mis en place depuis cinq mois aux établissements Delahaye maraîcher. Un glanage solidaire y est organisé chaque mardi. Des bénévoles et bénéficiaires des Restos du coeur viennent ramasser dans les parcelles les produits restants, non vendables. « Les bénéficiaires qui glanent participent ensuite à la distribution à d’autres bénéficiaires des Restos du coeur. C’est très valorisant pour eux, ils sont fiers de montrer ce qu’ils ont ramassé », a témoigné Angélique Delahaye en présence de François Hollande.

 

Cette collaboration a abouti à de petits contrats de travail de quelques heures pour certains, pour effectuer du désherbage. Le don alimentaire n’est donc pas le seul objectif, il s’agit aussi d’inclusion sociale et d’insertion. Un responsable d’antenne des Restos du coeur constate que les bénéficiaires « éloignés de l’emploi retrouvent par de telles actions le goût du travail, l’envie. »

 

900 exploitations donnent des denrées par l’intermédiaire de Solaal aujourd’hui en France, et la marge de progression est grande. La générosité des agriculteurs n’a pas fini de résonner.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Ferme expo : une édition de retrouvailles
Qui aurait parié sur une fréquentation de 30 000 visiteurs quelques semaines avant la tenue d’un salon qui a trouvé son public ?
Concours prim’holstein : « voir le fruit de notre travail »
Samedi 20 novembre se tiendra le traditionnel concours de vaches prim’holstein.
Bio : un marché pluriel
Les surfaces en production et le marché bio progressent.
Histoire syndicale : il y a 30 ans, des responsables mis en examen
A l’automne 1991, aux prémices de la crise ESB, des militants de l’UDSEA et du CDJA 37 interceptaient un camion de viande d’origine incertaine
Aide au maintien en bio, la fin d’une période
Jusqu’en 2007, il n’y avait pas d’aide au maintien pour les producteurs bio, mais seulement un crédit d’impôt. Avec l’accroi
Contrôle phyto en cours
Attention, la mise en oeuvre des ZNT riverain et points d’eau sera vérifiée pour la première fois cette année.
Publicité