Aller au contenu principal

Transmission
Quand les enfants reviennent aux sources

Des filles et fils d’agriculteurs qui choisissent une voie, puis reviennent un peu plus tard à la ferme familiale, on en rencontre de plus en plus. L’histoire s’est déroulée ainsi à Verneuil-sur-Indre, à la ferme des Bourdeaux.

De gauche à droite : Philippe Bruneau, Myriam Tregouet et son conjoint Samuel, et Franck Bruneau.

A Verneuil-sur-Indre, la ferme des Bourdeaux passe le relais à la nouvelle génération. Philippe Bruneau, président de la laiterie de Verneuil Touraine-Berry, passe le flambeau à deux de ses enfants, Myriam et Franck. L’histoire était loin d’être écrite d’avance. Myriam Tregouet était ingénieure dans la gestion de l’eau et de l’assainissement, et Franck était ingénieur mécanicien chez Claas. Mais deux ans avant la retraite des parents, la question de la reprise s’est posée… et tous deux se sont lancés.

 

Myriam obtient son BPREA à Fondettes en 2020, et son conjoint Samuel passe son bac pro CGEA l’année suivante, en vue de peut-être rejoindre l’aventure. Tous deux ont gardé pour l’instant une activité à mi-temps.

 

Myriam a sauté le pas pour « faire quelque chose d’utile, de concret, faire vivre le monde rural, et aussi offrir un certain cadre de vie à mes deux enfants ». « Prendre la suite familiale et revenir à un métier plus terre à terre », voilà qui a motivé Franck de son côté, lui qui ne s’était jamais trop éloigné de l’agriculture. « Mais le fait que ce soit un élevage à taille humaine et avec beaucoup de pâturage a clairement pesé dans la balance. »

 

Une reprise en famille est-elle plus simple ? « On a l’outil de travail, l’aide des parents, on connaît le voisinage », reconnaissent les deux reconvertis, trouvant le cadre familial plutôt confortable. « On a aménagé un espace en bureau, c’était nécessaire pour gérer à plusieurs et éviter les réunions à la maison. On y a installé un tableau d’informations, avec un planning pour noter les rendez-vous, savoir qui fait la traite tel jour... », précise Myriam. Celle-ci avoue qu’avoir vécu à la ferme ne fait pas tout et qu’il y a beaucoup à apprendre. Les membres de la famille se sont par ailleurs appuyés sur Sophie Bidet, à la chambre d’agriculture, pour échanger sur leurs visions des choses et apprendre à travailler sereinement ensemble.

 

AVANT TOUT, PÉRENNISER L’EXISTANT

L’objectif pour l’instant est de poursuivre l’activité telle qu’elle fonctionne aujourd’hui. « On ne veut pas changer les choses dans l’immédiat, on va déjà bien appréhender les différentes missions pour pouvoir mieux les anticiper, confie Franck. Je savais conduire les matériels, atteler… Mais maintenant il faut piloter l’exploitation ! » Mathieu, salarié depuis 15 ans sur la ferme, leur apprend beaucoup, ils n’ont pas de mal à le reconnaître.

 

Dans le futur, ils comptent moderniser la salle de traite, fonctionnelle mais pas assez ergonomique avec ses équipements vieillissants.

 

L’exploitation vient d’être certifiée haute valeur environnementale, une reconnaissance des pratiques actuelles, et notamment du faible taux d’IFT. Les jeunes repreneurs aimeraient aller vers encore plus d’herbe, même si le système est déjà autonome en alimentation à hauteur de 90 %. Ils souhaitent continuer à aller dans le sens du respect de l’environnement, en replantant des haies et des arbres, en pérennisant le raisonnement du travail du sol et l’aspect extensif du pâturage.

 

« Nous n’avons pas l’ambition d’augmenter le troupeau de plus de 4 ou 5 vaches. On ne veut pas s’agrandir ni investir dans des bâtiments, car économiquement le projet est rentable comme ça pour trois équivalents temps plein », expliquent Myriam et Franck. Myriam se verrait bien développer à l’avenir des activités pédagogiques à destination des écoles, ou la vente directe de lait cru. « Des idées, on en a plein ! Mais pour l’instant, notre but est de continuer à bien faire ce qui existe déjà », conclut-elle, philosophe.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
2022 : « une année de transition »
 L’abattoir de volailles et lapins du Sud Touraine est revenu sur une année riche en adaptations, lors de son assemblée générale.
Une dynamique très positive
 L’abattoir de Saint-Flovier, principalement consacré aux volailles, affiche un bilan très positif et une belle dynamique ces dernières années.
Lucie Oger : le savoir-faire alpin importé en Touraine
Avant de revenir à la ferme familiale, Lucie Oger, 28 ans, a fait des détours.
« Les dégâts auraient pu être bien pires »
La précocité de la récolte du maïs fourrage résulte d’une conjoncture d’éléments liés au climat pour la plupart, explique Augustin Gravier, conseiller
Justine Chauveau : déjà des projets en perspective
Malgré un parcours à l’installation énergivore, Justine Chauveau conserve un optimisme débordant.
Publicité