Aller au contenu principal

Magasin de producteurs
La Charrette 2, le retour

La Charrette a 10 ans ! Premier magasin de producteurs à avoir vu le jour en Indre-et-Loire, son succès ne se dément pas. Le pionnier a désormais un petit frère, à Truyes.

Les douze producteurs de La Charrette de Chambray-lès-Tours se sont lancés le 28 novembre dernier dans une nouvelle aventure : l’ouverture d’un second magasin, à Truyes. « La mairie de Truyes souhaitait réimplanter un commerce dans le bourg, suite à la fermeture de la supérette, et est venue proposer à La Charrette d’ouvrir un deuxième magasin », raconte Jérôme Voisin, responsable salarié du nouveau point de vente. Ce dernier est issu du monde de la grande distribution, mais après treize ans dans sa dernière entreprise, il est revenu à ses premières amours. « J’ai commencé dans la restauration. Je suis passionné par la cuisine et les bons produits », confie-t-il. En plus de Jérôme, oeuvrent au magasin Rémy, tout jeune boucher mais non moins compétent, ainsi qu’Annie, en caisse. Deux salariés qui ont fait leurs armes à Chambray.

Un vrai commerce de proximité

Avec l’aide du conseil régional, la mairie a investi dans la construction d’un local neuf, en plein coeur du village. Après deux semaines d’ouverture, Jérôme a pu prendre le pouls de ce véritable magasin de proximité. « Certains clients viennent tous les jours, juste pour acheter leur pain parfois, car on fait dépôt de pain. Des personnes âgées notamment. Certains habitants se revoient en venant ici, et nous disent qu’avant ils ne se voyaient plus. On touche une clientèle ultra-locale, mais aussi des gens d’Esvres, Cormery ou Courçay ». « A Chambray, on a une clientèle qui vient par choix de faire travailler les producteurs locaux, alors qu’ici, c’est comme l’épicerie du coin, complète Maryse Dumiot, l’une des productrices de La Charrette. Certains en profitent pour discuter, c’est un moment convivial. » Les débuts ont en tout cas dépassé les objectifs fixés et les espérances, que ce soit en semaine ou le week-end, sans avoir pour conséquence une baisse de fréquentation de l’établissement de Chambray. Au fil des journées, le magasin est rarement vide. Le flux n’est évidemment pas comparable à celui de Chambray, où le potentiel de clients est plus important et le magasin situé sur une route de passage.

Un projet bien mûri

« La vente directe est dans l’air du temps, il y a une demande de produits locaux, note Maryse Dumiot. On avait dans l’idée depuis quelque temps d’ouvrir un deuxième point de vente, et là l’opportunité s’est présentée. On avait déjà fait une enquête sur la provenance des clients du magasin de Chambray, et les habitants de Cormery et Truyes étaient très peu représentés. Donc on savait que les deux points de vente ne se feraient pas concurrence ». La décision a tout de même nécessité un temps de réflexion, pour que le groupe entier se lance ; il a fallu que chacun soit sûr de pouvoir s’organiser dans sa production pour approvisionner un magasin en plus. Côté logistique, l’organisation reste à peaufiner, la capacité de stockage étant nettement moins importante dans ce second magasin. « On va voir comment ça évolue et prendre nos marques, au niveau de la fréquence et du lieu de livraison. » La petite équipe est en tout cas ravie du démarrage et de l’ambiance « épicerie de village » que les habitants ont immédiatement imprimée au lieu.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

L’autonomie alimentaire au cœur de la journée régionale ovine
Le contexte économique est relativement favorable à  la filière ovine depuis quelques mois, avec la hausse des prix de vente des agneaux.
Un investissement personnel quotidien
 Soucieux d’être, entre autres, un interlocuteur de poids entre les riverains et le monde agricole, Eric Moreau s’est engagé dans la vie publique de s
Stéphane Linou et Marc Fesneau évoquent l’enjeu local de la « résilience alimentaire »
De nombreux élus ont participé le 22 septembre à une conférence-débat consacrée à la résilience alimentaire des territoires, liée à la sécurité intéri
« L’aventure du vivant » à Loches
 En partenariat avec l’Anefa notamment, le camion de L’aventure du vivant a fait une halte à Loches cette semaine, pour assurer la promotion des métie
Le Veau bio de Touraine arrive dans les cantines
Après le Grand bœuf en septembre 2021, la filière Veau bio de Touraine vient d’être lancée.
AEB INVESTIT LE MARCHÉ AGRICOLE
Les 71 millions d’euros de CA réalisés par l’entreprise AEB sont majoritairement issus du monde du BTP.
Publicité