Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Abreuvement
L’eau, une ressource à gérer au champ

En pâturage, l’eau est une problématique parfois délicate à gérer pour l’éleveur. L’accès à cette ressource pour les animaux est en effet souvent synonyme d’une charge de travail importante pour l’agriculteur.

Peu d’exploitations possèdent un réseau d’eau qui traverse les parcelles, et l’emploi du tracteur pour déplacer l’abreuvoir est souvent une constante. Le pâturage tournant peut améliorer ce temps de travail, du fait de l’aménagement de paddocks beaucoup plus simples à alimenter.

S’appuyer sur les ressources de son territoire

Laurent Vervialle pratique le pâturage tournant sur son exploitation, mais la gestion de l’accès à l’eau n’est pas une difficulté pour lui car il bénéficie des spécificités géologiques et paysagères du territoire. La Brenne est reconnue pour le grand nombre de ses étangs, l’exploitation de Laurent n’échappe pas à cette règle. Plusieurs de ses parcelles sont jalonnées de plans d’eau, ses animaux ont ainsi la possibilité de se rafraîchir très facilement.

« C’est un gros avantage, surtout en période estivale. Avec des températures et une sécheresse comme l’année passée, les vaches souffrent beaucoup, les étangs sont une source d’eau secondaire qui facilite la gestion du troupeau en pâturage. »

Quelques parcelles sont également traversées par une source d’eau souterraine. Grâce à une pompe, il peut alimenter les abreuvoirs simplement, en permettant aux bovins d’avoir des points d’eau remplis constamment.

Garantir quantité et qualité

Pour avoir un accès à l’eau suffisant pour son troupeau, il faut bien évaluer les besoins de celui-ci. En moyenne, la consommation journalière pour une vache en période estivale est de 65 litres. En journée très chaude, elle pourra boire près de 20 litres d’eau par minute. Il faudra donc pouvoir répondre à ces besoins rapidement et facilement.

De plus, les réserves d’eaux naturelles de types mares ou sources doivent faire l’objet d’une attention particulière. Les risques de contamination par des effluents ou des produits phytosanitaires sont réels, des analyses de la qualité sont quasiment indispensables.

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5.40€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout {nom-site}.

Vous aimerez aussi

Vignette
Bienvenue à l’Earl Guillemain
Comme chaque année depuis dix ans, l’Earl Guillemain a ouvert ses portes aux visiteurs dans le cadre de l’opération « Bienvenue à la ferme »,
Vignette
Eleveurs, mais pas à tout prix
Au Gaec Aubert-Enizan, le couple éleveur prend ses décisions de façon à adapter son métier à son projet de vie commun.
Vignette
La coopérative de Verneuil en bonne santé avec un régime beurre + AOP
 Si la poudre de lait met la coopérative lochoise à la diète, le beurre et le ste maure-de-touraine ont ajouté… du cash dans les épinards.
Vignette
De la bonne gestion des haies
Gérer efficacement ses haies présente de multiples intérêts.
Vignette
Un mot d’ordre : la prévention
Dans une société où le bien-être animal est dans l’air du temps, la gestion sanitaire d’un élevage peut constituer une vraie problématique sui
Vignette
Un contrat MAE possible pour les sortants de l’ICHN
Les éleveurs sortant de la zone défavorisée avec une dominante d’herbe ont l’opportunité de signer un contrat MAE.
Publicité