Aller au contenu principal

Millésime 2021 : les bonnes surprises de Cyril Desloges

Un vigneron de l’appellation touraine raconte la genèse de son millésime 2021.

Comme nombre de ses pairs, Cyril Desloges a eu l’impression de vinifier un survivant. A 47 ans, ce vigneron naturellement souriant n’en est plus à sa première vendange, mais la gestation de ce millésime

 

2021 lui a donné des sueurs froides malgré une génétique vigneronne forgée par quatre générations. Cependant, en comparant sa situation à celles de certains de ses collègues, il relativise.

 

Assuré mais pas protégé par des installations anti-gel, son domaine de 23 ha a gelé à 80 %. Les cépages précoces comme le chardonnay ont gelé à 95 %. « Je n’ai rien récolté dans ces parcelles ».

 

Mais sur le reste, à la faveur des pluies salutaires d’octobre, le vigneron des Petits Bois Bernier sauve les meubles. Son cépage phare, le sauvignon mais le gamay aussi ont produit une quarantaine d’hectolitres par hectare. Même s’il manque un tiers du volume visé, le vigneron de Monthou/Cher estime s’en sortir plutôt bien. « Après le gel, la pression mildiou est devenue rapidement très forte », relate le vigneron en évoquant l’averse orageuse du 13 juillet. Une précipitation aussi soudaine que violente, dont l’ampleur a été attestée par les pluviomètres remplis par plus de 50 et jusqu’à 100 mm. Sur ce domaine labelisé HVE, la couverture phyto a finalement bien contrôlé le pathogène avec sept traitements, des molécules de synthèse mais aussi du cuivre.

 

DES MALOS PARTIELLES POUR ARRONDIR LE MILLÉSIME

« Nous avons commencé les vendanges à partir du 22 septembre. Il aurait peut-être fallu attendre deux à trois jours de plus mais vu le contexte de l’année, je n’ai pas voulu prendre le risque. L’évolution de l’état sanitaire a guidé l’ordre de passages des parcelles. Nous avons rentré des raisins vendangés à la machine entre 12° et 12,5° de degré potentiel. La correction s’est faite à la marge, de l’ordre de 3/1e de chaptalisation. Les lots ont été levurés, là encore par sécurité et les fermentations se sont bien engagées ». En moins d’un mois l’affaire était faite avec un recours aux sulfites lors de deux étapes clefs, le pressurage et le soutirage.

 

Cyril Desloges a choisi de réduire la perception de l’acidité d’origine malique en favorisant des FML sur un quart du volume de sauvignon, soit 160 hl sur 600. La macération pelliculaire sur certains lots a contribué à baisser la sensation acide tout en favorisant la synthèse d’arômes fruités. De fait, les sauvignons 2021 du domaine Desloges ont un net profil agrumes.

 

Cyril, qui a pris la suite de son père Gérard en 1997, cultive 15 ha de sauvignon dont un hectare classé touraine-chenonceaux. Les chenins sont commercialisés en vins de base crémant de Loire. Si les rosés sont à la mode, les gamay sont plus difficiles à valoriser en rouge. Une couleur comprenant, comme à l’accoutumée dans le secteur, des cabernets francs et des côts. « Mais le potentiel est là », indique le vigneron de Monthou-sur-Cher en évoquant des 2021 ronds, fruités issus d’extraction douces sans excès, permis par la présence d’une cuverie thermorégulée.

 

Toute cette gamme est destinée à satisfaire une clientèle particulière, des restaurants aussi et un peu d’exportation. La vente au négoce concerne 40 % des volumes. « En fin d’été, je n’avais plus de stock et je tremblais à l’idée de manquer de vins, avoue-t-il. Peu d’informations circulent pour l’instant quant au niveau de prix des sauvignons au négoce. Il se dit juste dans la campagne que les maisons de vins ont acheté des moûts à hauteur de 210 €/hl. »

Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 5,54€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Terre de Touraine
Consultez le journal Terre de Touraine au format numérique, sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce à la newsletter du journal Terre de Touraine
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Terre de Touraine.

Vous aimerez aussi

Aspergus, la marque de qualité de Médéric Boisseau
Jeune agriculteur en grandes cultures, Médéric Boisseau est actuellement en pleine saison de l’asperge, pour la deuxième année consécutive.
Que faire face aux colzas défoliés par les pigeons ramiers ?
Depuis deux semaines, de nombreuses parcelles de colza présentent d’importants dégâts de pigeons ramiers.
Témoignage millésime 2021 : de la qualité à défaut du volume
Les 26 à 27 hl/ha récoltés par le domaine Les pierres écrites sont supérieurs aux 20 hl récoltés, en moyenne, sur le territoire de l’appellati
Emballages fruits et légumes : une nouvelle réglementation difficilement applicable
Le décret publié le 12 octobre 2021 qui émane de la loi anti-gaspillage de janvier 2020 est entré en application ce 1er
Dégâts de gibier : l’agrainage interdit en Touraine
Devant l’envolée du coût des dégâts, les risques de collisions routières liés à la présence trop importante de sangliers, la DDT a décidé d’in
Témoignage viticole : "une année éreintante"
Une campagne sans vendanges, on fait comment ?
Publicité